VIDÉO - Évasion fiscale : la BNP Paribas ciblée par des militants d'Attac

·2 min de lecture

Des militants d'Attac ont mené une action pour dénoncer le rôle de la banque dans le scandale d'évasion fiscale "Cum Ex files".

"Banque toxique, braquage fiscal". La façade de la BNP située avenue de l'Opéra à Paris a été la cible de militants d'Attac, ce mercredi matin. Munis de faux billets, de gouache et de banderoles, ils ont redécoré la façade de la banque pour dénoncer son rôle dans le scandale d'évasion fiscale "CumEx files".

"On dénonce à la fois l'insuffisance des mesures prises pour endiguer l'évasion fiscale, mais également les acteur de cette évasion dont les banques. Les "Cum Ex files" montrent que des investissements étrangers ont échappé à l'impôt avec la complicité passive ou active des banques", nous explique Vincent Drezet, membre du Conseil d'administration d'Attac.

33 milliards ont échappé à la France

Selon les informations de plusieurs médias dont Le Monde, le non-paiement de taxes sur les dividendes a fait perdre 33 milliards d'euros de recettes fiscales à la France en 20 ans, et 140 milliards d'euros à une dizaine de pays.

Quatre grandes banques françaises sont dans le viseur de l'administration fiscale, dont la BNP Paribas, mais aussi la Société générale, Natixis et le Crédit agricole, par l'entremise de sa filiale Cacib, soupçonnées d'aider leurs clients à se soustraire à la taxe sur les dividendes. À ces révélations, il y a une semaine, les banques ont répondu considérer qu'elles respectent les règles d'optimisation fiscale en vigueur.

"Insupportable de voir cet argent échapper à l'impôt"

"L'action a lieu à un moment important car le monde a fait face à une pandémie, qui a démontré les manques en moyens de santé. Dans les prochains jours débute la COP26 et la question des moyens publics pour financer la transition écologique et les besoins sociaux se pose. C'est insupportable de voir cet argent échapper alors que les injustices sociales et fiscales perdurent", poursuit Vincent Drezet.

La BNP Paribas est également ciblée pour son financement des énergies fossiles : 41 milliards en 2020, soit la banque qui a le plus augmenté en montant absolu, son soutien au secteur entre 2019 et 2020. La Banque postale a récemment annoncé que toutes les activités financières dans le secteur des énergies fossiles vont peu à peu cesser.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles