VIDEO - Edouard Philippe admet que des masques ont été brûlés et explique pourquoi

Dès le début de la crise sanitaire, le gouvernement a fait face à des stocks de masques insuffisant. Un manque qui a poussé de nombreux professionnels de santé à partager leur colère et qui a suscité de nombreuses interrogations. En l'espace de quelques années, ces stocks de masques se sont considérablement réduits pour arriver à "un stock d'État de 117 millions de masques chirurgicaux pour adultes et aucun stock stratégique d’Etat de masques FFP2", avait reconnu Olivier Véran en mars dernier. Pour expliquer ce chiffre, Le Monde a rapporté que des millions de masques supposés périmés ont été brûlés.

Durant son annonce du plan de déconfinement ce jeudi 7 mai avec le ministre de la Santé, Edouard Philippe a été interrogé sur ce stock de masques brûlés car périmés. "Ce qui s'est passé, c'est que un certain nombre de masques qui avaient été commandés il y a fort longtemps, et qui étaient stockés depuis très longtemps, avaient vu leur date de péremption dépassée", a d'abord expliqué le Premier ministre.

Des masques chirurgicaux récupérés

"Nous avons trouvé dans les stocks, un stock de 75 millions de masques qui étaient arrivés à péremption en décembre 2019", indique-t-il. Face à la question de les détruire ou non, ces masques périmés ont alors été vérifiés pour savoir s'ils étaient utilisables. "Nous avons récupéré ainsi 75 millions de masques chirurgicaux utilisables", affirme Edouard Philippe.

Mais parmi un stock de "360 millions de masques périmés depuis beaucoup plus longtemps",

Retrouvez cet article sur GALA

"Les Français n'aiment pas mon mari" : quand Bernadette Chirac n'y croyait plus
Meghan Markle et Harry : découvrez chez quelle star ils se sont réfugiés à Beverly Hills
Mick Jagger raconte son confinement en France… d'une amusante façon
Florence Foresti : sa première apparition surprise depuis la polémique des César
Rupert Grint (Harry Potter) est papa pour la première fois : c’est une petite fille !