VIDEO. Covid-19 : opération de propagande, données scientifiques manipulées ? Soupçons sur le vaccin russe

"Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré. Je sais qu’il est assez efficace, et qu’il donne une immunité durable." Avec cette annonce fracassante, Vladimir Poutine revendiquait le 11 août 2020 la victoire dans la course mondiale au vaccin qui permettrait de dompter la pandémie de Covid-19. Un vaccin très tendance à Moscou Un vaccin qui aurait déjà bénéficié à sa fille, affirme le président russe. Pourtant, il n’a alors été testé que sur 76 personnes – ce qui ne l'empêche pas de devenir vite très tendance à Moscou. Dans un élan patriotique, les célébrités posent pour la piqûre devant les caméras. Journalistes proches du pouvoir, chanteurs ou hommes politiques affichent leur confiance sur les réseaux sociaux. Dans la population, la vaccination a commencé alors que les essais cliniques se poursuivent. Comme les stocks sont insuffisants, le vaccin est réservé aux professions dites essentielles, tels les médecins. La propagande au détriment de la santé des Russes ? Le nom de ce vaccin ? Spoutnik, "une référence évidente aux exploits de l'Union soviétique au temps de la conquête de l'espace", fait remarquer la directrice de l’Association russe sur la recherche clinique. Svetlana Zavidova soupçonne Vladimir Poutine de faire passer la propagande avant la santé des Russes. L'objectif serait de démontrer au reste du monde, mais aussi à la population, que la Russie est en tête dans la course au vaccin. Elle n'est pas la seule scientifique du pays à avoir de sérieux doutes : "Sans les données d’un essai clinique à grande échelle, il est absolument impossible de savoir si ce vaccin est efficace, et impossible de savoir s'il est sûr." La communauté scientifique sceptique Sous la pression de la communauté scientifique internationale, les Russes ont publié les résultats des deux premières phases d’essais dans la revue scientifique The Lancet. Certains, comme l’épidémiologiste Dominique Costagliola, ont repéré dans les graphiques des détails pour le moins suspects. "Cela laisse penser qu'il y a eu manipulation des données, déclare-t-elle. Donc on a trafiqué les figures. Ça, c’est quelque chose qui est absolument inacceptable, criminel, pour moi." Si les scientifiques russes ont nié toute manipulation, ils n'ont jamais transmis la totalité de leurs données. Extrait de "Vaccin : la guerre secrète", un document à voir dans "Complément d'enquête" le 5 novembre 2020. > Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".