VIDEO. Coronavirus : Immersion dans le service de réanimation du centre hospitalier de Valenciennes

Au centre hospitalier de Valenciennes, le nombre de lits de réanimation a doublé pour faire face au flux de patients atteints de la Covid-19. Certaines unités de l'hôpital ont accueilli exclusivement des patients Covid. "Actuellement, on peut voir que tous nos patients, l'intégralité de nos patients dans notre unité sont des patients Covid positifs, mais on n'est pas la seule unité de la réanimation. On a également la première unité là-bas qui fait 7 lits où l'intégralité des patients sont également des patients Covid positifs et la troisième unité qui est là-bas, qui continue, où il y a encore 8 lits de réanimation et là encore l'intégralité des patients sont des patients Covid positifs", détaille Julien Demanet, médecin anesthésiste en réanimation. Pour lui, dans son service, la situation est assez semblable à celle du mois d'avril. Miser sur la transparence 60 % des patients qui sont ici sont intubés : cela veut dire qu'une machine prend le relai des poumons et oxygène leur corps. "Des patients vraiment très jeunes, de moins de 70 ans. Ici, j'ai une dame qui est âgée de 58 ans, si je ne dis pas de bêtises. Ici, j'ai un monsieur qui est âgé d'une petite cinquantaine d'années et on a une patiente qui est très, très jeune, qui est âgée de 28 ans", indique Anaïs Berquet, infirmière en réanimation. Aussi, cette dernière explique miser sur la transparence lorsqu'il s'agit d'informer les familles des patients. "Quand on répond au téléphone, c'est d'être le plus transparent possible, leur expliquer ce qu'il se passe, leur expliquer les risques, d'être honnête si jamais ça ne va pas et d'être optimiste si jamais, au contraire, ça se passe bien", résume Anaïs. Quelles leçons de la première vague ? Depuis septembre, le personnel du centre hospitalier de Valenciennes constate un afflux des patients atteints de la Covid-19. Le personnel a donc fait appel à des renforts : des professionnels de la santé et des médecins qui travaillaient ailleurs à l'hôpital. Malgré cela, le personnel soignant est épuisé. "On est tous en train de travailler, les vacances ont été supprimées, on est rappelées, on s'adapte en permanence à des nouvelles organisations, on sait faire, ça fait partie de nos compétences, mais on n'a pas eu le temps de souffler", explique Émilie Capron, infirmière anesthésiste. Si les soignants doivent faire face à trop de situations tragiques, ils assistent aussi à des épisodes plus positifs. "On a eu par exemple un couple, tous les deux, le mari et la femme, ont fait une forme extrêmement grave de Covid, ils ont été tous les deux intubés, ventilés et ils sont sortis tous les deux de la réanimation. Ensemble", souligne Julien Demanet.