VIDEO. Avec le confinement, les conditions de vie dans les bidonvilles encore plus précaires

Ils sont plusieurs milliers confinés dans des squats ou des bidonvilles. Aujourd'hui, leurs conditions de vie sont encore plus précaires. Ces personnes se retrouvent "sans aucune source de revenus, qui sont en fait des revenus de survie." "Ce sont surtout des revenus informels donc la mendicité, le glanage, la ferraille ou le travail au noir", détaille l'avocate Anina Ciuciu. Ainsi, les habitants des bidonvilles n'ont plus de ressources pour se nourrir ou pour acheter des produits de première nécessité, notamment pour leurs enfants en bas âge. Le problème de l'accès à l'eau potable Autre difficulté : l'accès à l'eau. En France, 77 % des bidonvilles sont privés d'un point d'accès à l'eau. "D'habitude, ils font des trajets très longs soit pour avoir accès à une borne d'incendie, soit près d'un cimetière ou ils vont acheter de l'eau en bouteille, ce qui n'est plus possible aujourd'hui", précise l'avocate. Les associations sur le terrain Pour tenter d'endiguer ce fléau, des bénévoles distribuent chaque semaine des produits de première nécessité à ces personnes dans le besoin. Parmi eux : Andreï qui, en plus des distributions alimentaires, veille à un meilleur accompagnement scolaire pour les enfants. Son association Rencont'roms nous assure un soutien scolaire et fait également le lien entre les écoles et les enfants du terrain.