VIDEO. La chronique de Camille : les secrets de la voix et du chant

·2 min de lecture

Savez-vous comment fonctionne un vibrato ? Et d'où vient cet effet de décroché étrange de la voix chez les chanteurs de yodel ? On vous explique tout.

CJAMY. La chronique de Camille Gaubert est diffusée quotidiennement dans l'émission "C Jamy", présentée par Jamy Gourmaud du lundi au vendredi à 17h sur France 5.

Notre voix recèle des trésors. Certains chanteurs maîtrisent à la perfection le vibrato, et d'autres le décrochage de la voix caractéristique des chanteurs de yodel. Voici comment tout cela fonctionne !

Le vibrato, une modulation rapide de la voix

Le son de la voix est produit par la vibration de nos cordes vocales sous l'effet du passage de l'air. Mais la voix a plus d'une corde vocale à son arc, et plus d'une façon de vibrer. Prenons par exemple Edith Piaf, étendard sonore de la nation française :

Cette modulation très rapide de la voix, c'est ce qu'on appelle un vibrato. La voix oscille plus ou moins rapidement autour d'une note donnée. La rapidité de cette modulation s'appelle la fréquence du vibrato et est mesurée en hertz. Par exemple, est de 5 hertz, donc 5 modulations par seconde. En revanche, , presque chevrotant, et atteint 9 hertz.

Luis Mariano a un superbe vibrato :

Le décroché de la voix : l'astuce de Luis Mariano et des chanteurs de Yodel

Vous entendez ce petit décroché dans la voix de ce bon Luis, quand il chante "Mexico" en atteignant une note haute (à 1 minute dans la vidéo ci-dessus) ? Il trahit un petit tour de passe-passe des muscles qui contrôlent la tension et donc les vibrations de nos cordes vocales. Pour comprendre, revenons à la base. Lorsque vous parlez, vos cordes vocales sont épaisses, et vibrent sur toute leur longueur. Cette configuration confortable se nomme le mécanisme M1 ou voix de poitrine. Mais pour prendre une voix plus aigüe, il faut passer en mécanisme M2 ou voix de tête. Vos cordes vocales sont plus tendues, plus fines et ne vibrent que sur une partie de leur longueur.

Le petit décroché de Luis Mariano est donc tout simplement dû au passage entre les deux mécanismes, afin d'atteindre la note aigüe de la fin. Les chanteurs classiques sont entraînés à camoufle[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi