VIDEO. La chronique de Camille : l'addiction aux jeux

·2 min de lecture

Les addictions détournent la dopamine que notre cerveau utilise naturellement pour nous récompenser d'une action utile à la survie.

CJAMY. La chronique de Camille Gaubert est diffusée quotidiennement dans l'émission "C Jamy", présentée par Jamy Gourmaud du lundi au vendredi à 17h sur France 5.

L'addiction est un détournement pathologique des mécanismes cérébraux normalement dédiés à nous pousser à certaines actions nécessaires à la survie - comme manger ou boire. Dans le cas de l'addiction aux jeux, peu de gens demandent de l'aide à des professionnels, pourtant essentielle pour sortir de l'ornière.

La dopamine nous permet d'anticiper et de récompenser une action plaisante

Cette vague de félicité qui nous submerge lorsqu'on mange notre aliment préféré est due à la dopamine produite dans notre cerveau. La dopamine est un neurotransmetteur, c'est-à-dire qu'elle transmet une information entre les neurones. En l'occurrence, une information de plaisir. En temps normal, la dopamine récompense les activités vitales, comme manger, boire, ou avoir des relations sexuelles. La dopamine est libérée deux fois : juste avant la récompense en tant que telle (anticipation), et après (récompense).

La dopamine est traitée par une zone du cerveau appelée le noyau accumbens, qui peut alors activer deux types de neurones. L'un interprète la dopamine comme un message encourageant l'action, et l'autre comme un signal stop. Par exemple, vous pensez à une succulente choucroute. S'il en reste dans le frigo, alors le noyau accumbens enverra un signal d'encouragement : vous allez passer à table. S'il n'y en a plus ou que vous n'avez pas faim, c'est un signal stop qui sera envoyé. Vous ne passerez donc pas à l'action et retournerez à des activités qui n'ont rien à voir avec la choucroute.

Le circuit de la récompense

La dopamine, le noyau accumbens et les zones du cerveau qui reçoivent ses signaux constituent le circuit de la récompense. Le souci, c'est que ce système peut être corrompu. La drogue, l'alcool ou le jeu par exemple peuvent provoquer une production de dopamine si importante que le cerveau aura beaucoup de mal à [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi