VIDEO. La chronique de Camille : d'où vient le mistral ?

·2 min de lecture

La formation du mistral, ce vent emblématique du sud de la France, explique ses redoutables - et parfois destructrices - rafales.

CJAMY. La chronique de Camille Gaubert est diffusée quotidiennement dans l'émission "C Jamy", présentée par Jamy Gourmaud du lundi au vendredi à 17h sur France 5.

Le mistral, autant aimé que redouté, est un vent parfois violent. A l'origine de ces rafales parfois destructrices, l'étroit passage de la vallée du Rhône qui lui donne naissance.

Les rafales du mistral

Le mistral est associé à une météo sèche et ensoleillée, mais ses rafales sont pourtant souvent redoutées. Il faut dire que c'est un vent fort : il circule à une vitesse moyenne de 50 km/h, avec des rafales à plus de 100 km/h. C'est bien au-dessus des brises qui culminent à 30 km/h, ou des vents modérés qui ne dépassent par les 40 km/h.

Comme tous les vents, le mistral nait de différences de températures et de pressions. L'air chaud, plus léger que l'air froid, crée une zone de basse pression qu'on appelle une dépression. L'air froid en revanche crée une zone de haute pression, qu'on appelle un anticyclone. Or, l'air va toujours vers l'endroit où il y a moins de pression (comme quand un pneu est crevé, l'air sort). C'est ça le vent, schématiquement : de l'air qui quitte un anticyclone pour rejoindre une dépression.

L'accélération qui crée le mistral

Dans le cas du mistral, tout part de l'anticyclone du Golfe de Gascogne, et de la dépression du Golfe de Gênes. Entre les deux, il y a un troisième acteur : une masse d'air froid venue des régions polaires est détournée par l'anticyclone. Elle s'engouffre alors dans la vallée du Rhône, entre le Massif central et les Alpes, vers la dépression. Ce passage est si étroit que toutes les molécules d'air se bousculent, et l'air accélère. On appelle ce phénomène "l'effet Venturi", du nom du physicien italien du 18e siècle qui l'a découvert. C'est pour ça que le mistral peut souffler si fort ! A Orange, fin 2019, il a sévi 14 jours d'affilée à plus de 80 km/h, avec même des rafales à 120 km/h ! C'est équivalent à des vents d'ouragans.

Le mistral se crée dans la vallé[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi