VIDEO Christian Quesada : l’ex-champion des 12 coups de midi est sorti de prison

·1 min de lecture

En 2017, Christian Quesada s’était attiré la sympathie de nombreux téléspectateurs fans de l’émission Les 12 coups de midi présentée par Jean-Luc Reichmann sur TF1. Le candidat, revenu de loin de par son enfance chaotique et son passé de SDF, impressionnait par ses connaissances. Au fil des émissions, il pulvérisait d’ailleurs des records. Après 193 participations qui lui avaient permis de cumuler 809 392 euros de gains, Christian Quesada était finalement éliminé. Une déception qui n’était rien comparé à l’information qui allait tomber deux ans plus tard. En mars 2019, le candidat chouchou de Jean-Luc Reichmann était interpellé à son domicile d’Hauteville dans l’Ain après la découverte d’images pédopornographiques chez lui. Accusé également de corruption de mineurs après plusieurs témoignages inquiétants de jeunes filles le concernant, Christian Quesada était placé en détention provisoire. Des faits qui lui ont valu le désamour total de Jean-Luc Reichmann, fervent défenseur des enfants, et celui des téléspectateurs.

En avril 2020, à l’issue d’un procès qui s’était tenu à huis clos en raison de l’épidémie de Covid-19, Christian Quesada était condamné à trois ans de prison ferme. Une peine qu’il a purgée dans un quartier d’isolement de la prison de Bourg-en-Bresse dont il vient de sortir selon les informations communiquées par le quotidien Le Progrès.

Christian Quesada est un homme libre. A 56 ans, l’ancien champion des 12 coups de midi peut reprendre le cours de sa vie après avoir (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTO Mariés au premier regard : l'impressionnante perte de poids d'une candidate de l'émission
Pierre Richard (Les vieux fourneaux) : qui est son épouse, Ceyla Lacerda ?
Johnny Depp accusé de violences conjugales : l’acteur perd (encore) son procès contre The Sun
Cynthia Sardou victime d'un viol collectif : la romancière se confie sur la souffrance de son père Michel
Emmanuel Macron interviewé par Nikos Aliagas : son mea culpa au sujet de la campagne de vaccination