VIDEO. Un cargo propulsé dans l’Atlantique à la force du vent

·2 min de lecture

La société nantaise AirSeas compte tester une aile volante accrochée à un navire d’Airbus. La toile de 500 ou 1.000 mètres carrés promet des réductions de la consommation de carburant et des émanations de gaz carbonés.

Long de 154 mètres, le "Ville de Bordeaux" est un cargo conçu pour transporter des tronçons déjà montés d’avions Airbus. Affrété par le constructeur aéronautique, il navigue actuellement dans l’océan Atlantique pour gagner Mobile, aux Etats-Unis, où il arrivera le 6 janvier 2022.

Airbus dispose de quatre navires de ce type mais celui-là a une particularité. Durant six mois, en 2022, il va tester une technique de propulsion décarbonée vieille comme la navigation à voile. A savoir, une voile, justement, montée sur un mât pliable fixé à l’avant du cargo, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Un système qui se commande depuis la cabine de pilotage

Plus proche de l’aile volante que de la voile d’un vieux grément, ce dispositif a été conçu part la société nantaise AirSeas, qui a été hébergée dans l'incubateur ProtoSpace d'Airbus entre 2016 et 2018. Appelé SeaWing (aile marine), le système se commande depuis la cabine de pilotage par un système électronique. Il permet de déployer le mât, la voile et d’orienter cette dernière en fonction du vent et des données météorologiques captées en temps réel. La toile existe en deux versions, une de 500 mètres carrés, l’autre de 1.000. Le projet a été soutenu par l' pendant trois ans et demi à partir de juin 2016.

Plusieurs commandes effectuées

Après ce test initial, les quatre cargos d’Airbus, naviguant entre l'Europe et les Etats-Unis, devraient en être équipés. La commande pour ce système remonte à 2018. A l’époque, AirSeas affirmait pouvoir réduire de 20% la consommation de carburant des navires cargos. En juin 2019, la société annonçait la signature d’une commande de 50 SeaWing par la firme japonaise de transport maritime K Line. Et d’ici 2024, le groupe sidérurgique japonais JFE Steel dotera d’une aile volante un vraquier de K Line propulsé au gaz liquide.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles