VIDEO. "Pas de campagne sur le terrain, pas de campagne sur le marché, pas de campagne à domicile" : le président du Conseil scientifique revient sur l'organisation du second tour des municipales

Le Conseil scientifique a indiqué, mardi 19 mai, qu'il ne s'oppose pas à la tenue du second tour des élections municipales en juin, tout en assortissant son avis de vives réserves qui doivent tenir compte de la situation épidémique. >> Suivez l'évolution de l'épidémie dans notre direct Interrogé en début de soirée dans le 19/20 de France 3, le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy est revenu sur les modalités d'organisation de ce second tour, qui doit être conforme aux exigences de sûretés sanitaires mises en place afin de lutter contre l'épidémie de Covid-19. "La campagne électorale doit être très réduite, très différente. Pas de campagne sur le terrain, pas de campagne sur le marché, pas de campagne à domicile", a martelé le professeur Delfraissy. Une situation "difficile" à anticiper Rappelant que ce n'était pas au conseil scientifique de prendre une décision sur la tenue de ces élections, mais qu'il "donnait des éléments scientifiques aux politiques", Jean-François Delfraissy a également insisté sur le fait que les éléments dont on dispose à l'heure actuelle sont encore incertains. "Les premiers indicateurs qui vont nous montrer que la situation se passe bien, nous commencerons à les avoir uniquement à partir de la semaine prochaine", a-t-il expliqué. "Si on respecte l'ensemble des recommandations, les risques seront minimisés mais comme vous le savez, prendre une décision de ce type n'est jamais totalement sans risque", a prévenu Jean-François Delfraissy. Les conclusions rendues par le panel d'experts du conseil scientifique, mardi 19 mai au matin, sont extrêmement prudentes et laissent une large part de responsabilité à l'exécutif. Le Conseil observe que si "la situation sanitaire s'est nettement améliorée par rapport au début du confinement", il est "difficile d'anticiper une situation incertaine pour les semaines à venir". Au point que le conseil estime nécessaire de procéder à une nouvelle évaluation des conditions sanitaires 15 jours avant la date retenue, si les élections avaient lieu en juin, probablement le 28.