VIDEO. C’est quoi ? Qui le finance ? Est-ce qu'il s'étend ? 7 questions très simples sur le djihadisme

C'est quoi le djihadisme ? Wassim Nasr : "C'est le recours à la violence au nom d'un groupe qui prône un système qui se base sur la religion musulmane qu'elle soit sunnite ou chiite."Quel est le but des djihadistes ? Wassim Nasr : "C'est une action sur un groupe de guerre, c'est pour chasser une armée, pour résister à une armée, pour faire pression sur un gouvernement en s'attaquant aux infrastructures ou autre et parfois en s'attaquant aux pays occidentaux par exemple pour faire fléchir leur position en termes de géopolitique sur une zone ou sur une autre ou pour peser par exemple sur les urnes." Comment est financé le djihadisme ? Wassim Nasr : "Il y a plusieurs moyens, il y a ce qu'on appelle aussi du terrorisme d'État, par exemple quand on parle de l'Iran qui finance plusieurs groupes djihadistes chiites, il y a un financement d'État. Mais il y a aussi des financements de fonds privés, donc des sympathisants pour un groupe ou un autre qui le financent, c'est parfois le cas d'Al-Qaïda et le cas de l'État Islamique. Il y a aussi toute l'économie on va dire souterraine qui profite aux groupes djihadistes." Pourquoi utiliser la décapitation ? Wassim Nasr : "C'est pas propre au djihadisme (...) La symbolique est d'insuffler une sorte de frayeur dans l'esprit des adversaires et des ennemis. Donc c'est assez choquant, c'est assez violent. (...) Avec l'avènement de l'État Islamique en tout cas, il y a une mise en scène de la violence, c'est une scénarisation qu'Al-Qaïda refuse. Al-Qaïda ne met pas en scène ce genre de scènes, il y a eu des cas mais après il y a eu des directives qui interdisaient cela, par exemple Al-Qaïda, il y a eu une jurisprudence qui disait qu'il ne fallait pas s'attaquer aux lieux de cultes alors que l'État Islamique n'hésite pas une seconde à s'attaquer aux lieux de culte." Est-ce que le djihadisme était plus violent, avant ? Wassim Nasr : "Il y a eu des périodes en France, comme dans les années 80 où il y avait des attentats de manière assez récurrente où il y avait des victimes, où il y avait des lieux symboliques qui étaient visés, beaucoup plus que maintenant."Les pays occidentaux sont-ils les premiers ciblés ? Wassim Nasr : "Ce djihadisme et ce terrorisme touchent surtout les pays arabo-musulmans pour la simple raison que c'est dans ces pays-là qu'il y a des conflits. Ces pays-là où il y a une activité djihadiste qu'elle soit sunnite ou chiite, ce sont des pays en guerre donc de fait… en guerre civile ou en guerre tout court et donc de fait il y a plus de victimes dans ces pays-là." Est-ce que le djihadisme s'étend ? Wassim Nasr : "Malgré les pertes sur le terrain, l'idéologie reste très vivace encore une fois parce que ça s'imbrique sur des dynamiques locales, sur des théâtres de guerre très anciens d'un côté et d'un autre côté parce qu'aujourd’hui c'est la seule idéologie révolutionnaire sur le marché donc ça continue à attirer du monde."