VIDEO Bouleversée, Faustine Bollaert fond en larmes dans Ça commence aujourd’hui

·1 min de lecture

Mieux vaut savoir contenir ses émotions, lorsqu’on présente une émission comme Ça commence aujourd’hui. Si Faustine Bollaert fait en sorte de ne pas trop montrer son trouble en entendant des histoires bouleversantes, il lui arrive de craquer face à certains récits. Ce lundi 4 janvier, elle recevait des invités venus témoigner sur le thème « leur vie a commencé dans la rue ». Quand Valentine a pris la parole, les téléspectateurs ont été traversés par l’émotion. La jeune femme de 19 ans, venue du Pas-de-Calais, a raconté qu’elle avait été abandonnée par ses parents lorsqu’elle était un bébé. C’est à un homme qui promenait son chien, un jour d’octobre 2001, qu’elle doit son salut : le passant l’a trouvée au bord d'une route à la sortie de la commune de Quiéry-la-Motte et l’a emmenée au plus vite au café du village. Les gérants de cet établissement se sont alors occupés du bébé en attendant les secours. Dix-huit ans plus tard, Valentine est retournée à Quiéry-la-Motte sur les traces de ses parents biologiques, et pour retrouver les personnes qui l’ont sauvée. Mais certaines n’étaient plus là.

Au village, Valentine a fait la connaissance de Maurice, l’homme qui l’avait trouvée. Comme elle l’a confié à Faustine Bollaert, celui-ci la considère aujourd’hui comme sa « deuxième fille » et entretient une belle relation avec elle. En revanche, la jeune femme n’a pas pu rencontrer les gérants du café, qui avaient déménagé depuis. Elle a finalement réussi à les retrouver et à contacter par téléphone (...)

Lire la suite sur le site de Voici

JLC Family : Jazz et Laurent impliqués dans une bagarre à Dubaï avec Marwa Loud
Amandine Petit en pleine polémique : Miss France 2021 brise le silence et s'explique enfin
Assistez au concert de Vincent Niclo et rencontrez l'artiste en coulisses
Malika Ménard "bizarre" dans Tous en cuisine : elle explique enfin son comportement
Marie-Sophie Lacarrau : ce couac en direct survenu au cours de son interview dans Quotidien