VIDEO. "On aurait pu lui administrer un antidote" : 25 ans après l'affaire de la Josacine, la mère d'Emilie a mené une contre-enquête

L'affaire de la Josacine refait surface. En juin 1994, une fillette de 9 ans, Emilie Tanay, passe le week-end dans la famille de l'un de ses camarades de classe, lorsqu'elle meurt empoisonnée par du cyanure. Le poison sera retrouvé dans le flacon du sirop de Josacine qu'elle a pris ce week-end-là pour soigner une bronchite. Vingt-cinq ans après, sa mère, Corinne Tanay, a mené une contre-enquête. Elle la raconte dans un livre, La Réparation volontaire, et sur le plateau de "C à vous", mercredi 13 novembre. >> "Il y avait des éléments qui n'étaient pas clairs" : la mère d'Emilie publie un livre-enquête

"On aurait pu administrer un antidote à Emilie, explique sa mère. Si les personnes, qui en avaient la garde exceptionnelle ce soir-là, avaient dit immédiatement aux urgentistes : 'Voilà, elle ne s'est pas sentie bien immédiatement après avoir pris son traitement médicamenteux.' Or, ces personnes-là n'ont rien dit." Corinne Tanay s'interroge aujourd'hui sur la culpabilité de Jean-Marc Deperrois, condamné à vingt de prison : "Je lui ai dit : 'Battez-vous. Si vous êtes innocent battez-vous. C'est à vous de nous démontrer votre innocence.'"