VIDEO Anne-Elisabeth Lemoine inquiète pour le bac de français, Jean-Michel Blanquer répond avec humour

Les élèves français ont pu retourner sur le banc des écoles depuis ce mardi 12 mai. Un retour important pour les élèves en classes charnières, notamment pour les lycéens. Les parents sont nombreux à s’inquiéter pour l’épreuve de l’oral du bac de français. Alors, pour les rassurer, Jean-Michel Blanquer a assuré le lundi 11 mai, au micro d’Europe 1, que pour l’heure, l’épreuve est maintenue. Le ministre de l’Education nationale a notamment encouragé les élèves à réviser leurs textes, précisant qu’une décision sera rendue par le gouvernement à la fin du mois de mai.

Mais cela n’a pas rassuré Anne-Elisabeth Lemoine, qui a directement posé la question au ministre ce mardi 12 mai, dans C à Vous. En effet, son fils aîné, Arthur, est en classe de première. Il est donc directement concerné par cette décision ! “C’est pas du tout parce que mon fils est concerné mais est-ce que l’oral du bac de français est maintenu et quelle forme pourrait-il prendre ?”, a demandé la présentatrice de C à Vous. Le ministre de l’Education a rappelé que cette épreuve est la seule qui reste, pour l’instant, maintenue pour le baccalauréat.

"Plutôt Phèdre que Netflix"

“C’est important de garder au moins un examen (...), il n’y a pas une note d’oral en contrôle continu en Français”, a expliqué Jean-Michel Blanquer. “Mon message, vis à vis des élèves de Première et de votre fils, si c’est votre cas, je l’ai résumé en disant que c’est plutôt “Pèdre que Netflix”. Autrement dit : c’est bon quand même de travailler

Retrouvez cet article sur Voici

Comment savoir si mon masque est toujours efficace ?
Jean-Jacques Goldman : sa très belle surprise aux habitants d'un village de Loire-Atlantique
Nick Cordero : sa femme annonce une grande nouvelle concernant son état de santé
PHOTO Mort de Christophe : écarté de ses funérailles, son fils Romain a pu lui rendre un dernier hommage
Mort de Kobe et Gianna Bryant : la société impliquée affirme que le basketteur et sa fille étaient conscients des risques