VIDEO. Avec 50% de résidences secondaires à Ouessant, "la population d'actifs peine à augmenter" par manque de logements

Ondine, née sur l’île bretonne d’Ouessant, est partie faire ses études sur le continent avant d’y revenir. Ce caillou de huit kilomètres de long et quatre de large compte 870 habitants à l’année et quatre fois plus l’été. En soixante ans, l'île a perdu plus de la moitié de sa population. La jeune femme est marin-pêcheuse avec son mari et vend en direct sa pêche du jour sur place. Il est bien difficile de s’installer quand on est un jeune couple qui se lance dans la vie professionnelle. La moitié des maisons ouessantines sont en effet des résidences secondaires inoccupées l’hiver et louées à prix d’or en saison. Ondine a attendu cinq ans pour trouver un toit ! "Il y aurait peut-être 200 maisons vides en janvier. C'est assez catastrophique" "A un moment donné, je n’avais même plus envie, raconte-t-elle au magazine "13h15 le samedi" (replay). On comptait partir car c’était trop compliqué. On n’y croyait plus. Et je culpabilisais en me disant que nous avions attendu cinq ans quand d’autres avaient attendu dix ans. Nous, c’est notre tour, mais pour les autres, c’est dans combien de temps ? Car on sait qu’on est très nombreux…" "Là où c’est très frustrant, c’est quand on voit l’hiver toutes ces maisons vides, alors qu’on est à la rue, même si on n’est jamais vraiment à la rue ici, parce qu’on a tous de la famille et des amis. C’est le sentiment de ne pas avoir de chez-soi, alors qu’il y aurait peut-être 200 maisons vides en janvier à Ouessant. C’est assez catastrophique comme situation parce que cette population d’actifs peine à augmenter à cause du manque de logements", explique la toute jeune maman d'un petit Sacha.> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".