VIDEO. 5 conseils pour changer le monde dès maintenant

Définir son combat Pour Sarah Durieux, il faut définir une cause qui nous tient vraiment à cœur parmi toutes celles qui nous animent. "Choisissez votre combat et soyez très spécifique sur la demande que vous allez formuler aux responsables politiques ou économiques", conseille-t-elle. S'adresser aux bonnes personnes "Emmanuel Macron peut beaucoup, mais il y a aussi beaucoup de personnes qui lui demandent des choses. Donc souvent, il est plus intéressant de s'adresser à une personne qui est plus spécifiquement décisionnaire sur la question qui vous intéresse mais surtout sur qui vous avez le plus d'influence", explique la directrice de Change.org France. Choisir les bons leviers d'actions "Si vous êtes 10 personnes, faire une manifestation c'est peut être pas la meilleure solution. Par contre, si vous êtes 10 personnes, vous pouvez faire une action symbolique, par exemple, devant le QG de campagne d'un candidat aux présidentielles, ou devant le quartier général d'une organisation que vous voulez cibler. La deuxième chose qu'il faut savoir c'est : qu'est ce qui tient à cœur à la personne que vous voulez cibler. Si cette personne, ce qui lui tient à cœur, c'est les ventes de ses produits, peut-être que vous pouvez faire un boycott", développe Sarah Durieux. Elle préconise de bien réfléchir à ses ressources et ainsi de voir ce qui est le plus efficace. Créer de l'empathie Pour Sarah Durieux, créer de l'empathie peut être un vrai levier d'action. "C'est un peu la clé à toute les mobilisations citoyennes. Les gens ne sont peut-être pas concernés par le sujet que vous décrivez mais s'ils arrivent à comprendre l'émotion que vous avez et surtout la situation que les gens vivent grâce à vos mots, alors là vous avez gagné", ajoute-t-elle. S'organiser pour tenir "Quand on est en groupe, quand on est plusieurs, on peut se soutenir, à la fois moralement parce que c'est difficile de faire campagne, mais aussi s'organiser et se répartir les tâches, pour que chacun puisse mettre sa pierre à l'édifice sans qu'on s'épuise", conseille Sarah Durieux.