VIDEO. Élections américaines : l'histoire d'une interview qui aurait pu empêcher Jimmy Carter de gagner

Durant l'été 1976, le démocrate Jimmy Carter et le président républicain Gérald Ford sont en pleine campagne électorale. "Jimmy Carter, qui n'est pas très connu des Américains, il est gouverneur de Géorgie, il doit se faire connaître et donc il accorde plein d'interviews à plein de journaux et puis surtout, il veut donner une image de lui, une image d'un type normal, "a regular guy", un type normal, comme un autre", explique l'historien Thomas Snegaroff. À travers ses interviews, le démocrate veut donc jouer la carte de la transparence. L'interview de trop Dans ce souci d'authenticité, Jimmy Carter accepte d'accorder une interview au magasine pour adultes "Playboy" qui l'a contacté. "Il y a aussi des articles politiques, d'ailleurs il y a plein de gens qui disent : "On ne lit que les articles politiques", alors qu'en fait on regarde aussi les photos des filles nues. Ça c'est l'ambiance des années 1970. Et Jimmy Carter, qui est très, très, très religieux, va accepter l'interview", explique Thomas Snegaroff. Dans l'entretien, il y a notamment des questions sur son rapport aux femmes et à la sexualité. "Et puis comme ça, pendant une réponse, il en vient à dire que, parce qu'il veut apparaître comme un type comme les autres, qu'il n'a jamais trompé sa femme, mais qu'il l'a souvent trompée dans son cœur, dans sa tête parce qu'il a eu du désir pour d'autres femmes sans aller jusqu'au bout", relate l'historien. Un scandale absolu À sa sortie, l'interview fait scandale. On lui reproche notamment d'avoir révélé des confidences jugées "non présidentielles". Alors très en avance dans les sondages, la publication fait tout basculer. "Sa cheffe de campagne considère que la course est perdue (…) L'heure est grave. Jimmy Carter a beaucoup d'avance dans les sondages, mais son avance elle fond, elle fond, elle fond", raconte Thomas Snegaroff. Dans une période où la confiance envers les politiques est loin d'être au rendez-vous, Jimmy Carter décide de présenter ses excuses. "Au moment où va paraître vraiment le journal se tient le second débat, le deuxième débat entre Carter et Ford. Et pendant le débat, il se sent obligé d'en parler lui-même. Il doit crever l’abcès", explique l'historien. "Il fait acte de contrition, il s'excuse. La campagne va durer encore trois semaines, on va encore beaucoup parler de cette interview dans "Playboy". Lui qui avait 15, 16, 17 points d'avance dans les sondages l'emportera finalement mais d'un cheveu", conclut-il.