Vidéos intimes attribuées à Benjamin Griveaux : Rachida Dati a "une pensée très forte pour sa famille"

Des messages de soutien et d’indignation. Voilà le lot de consolation de Benjamin Griveaux après son retrait des municipales à la suite de la diffusion de vidéos intimes sur internet. Désormais hors-course, l’ancien candidat, qui s'est exprimé sur ce "torrent de boue", a pu compter sur les réactions des membres de son parti comme de ses anciens opposants. La plupart ont pris acte de sa démission, et ont envoyé leurs pensées vers le député LREM et sa famille.

Parmi ses ex-rivaux, Rachida Dati, a d’abord publié un communiqué lapidaire qu’elle a partagé sur les réseaux sociaux : "Les Parisiens méritent une campagne apaisée et digne, à la hauteur des enjeux majeurs pour l’avenir de Paris. Je prends acte de la décision de Benjamin Griveaux de se retirer de la campagne pour les élections municipales à Paris. Nous continuons à porter notre projet pour Paris et les Parisiens avec ambition et détermination.”

En début d’après-midi, sur France Info, la candidate des Républicains habituée aux boules puantes s’est finalement fendue d’un message de soutien plus humain pour l’entourage de l’homme politique dans la tourmente et a affirmé avoir "une pensée très forte pour la famille de Benjamin Griveaux". Un message apaisant qui arrive quatre jours seulement après des propos cinglants publiés à l’encontre du démissionnaire. Dans le Technikart du lundi 10 février, elle tançait ainsi : "Je le connais, c’est le fils du notaire de Chalon-sur-Saône. Je suis née là-bas, mais on n’était pas du même côté

Retrouvez cet article sur GALA

Laurent Wauquiez de retour dans le jeu politique : comment il a surmonté son "passage à vide"
Adele très contrariée au téléphone : ces nouvelles photos qui inquiètent
François Hollande : ses rares confidences sur Philippe, son frère décédé d'un cancer
Clara Luciani sacrée aux Victoires de la musique : cette maladie qui la ronge au quotidien
Non, Meghan Markle et Harry n’ont viré personne : ce que cache le licenciement de leurs employés