Vidéos chocs dans les élevages : les condamnations se multiplient pour les lanceurs d'alerte

·1 min de lecture

Les condamnations se multiplient pour les activistes animalistes. William Burkhardt, l'un des plus suivis sur les réseaux sociaux, et son association Red Pill (ex-DXE France) viennent d'être condamnés pour la troisième fois par la justice pour des images tournées dans un élevage de volailles dans le Morbihan. La cour d'appel de Rennes a prononcé une peine de 3.000 euros d'amende, une obligation de rendre la condamnation publique et surtout l'interdiction d'utiliser les images.

>>Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Lundi 9 novembre, l'association a annoncé qu'elle cessait ses vidéos clandestines. Mais la décision de justice n'est pas la seule raison de cet arrêt. "Même si on en est quand même à 20.000 euros de frais d'avocats, nous on a arrêté les vidéos, la dernière vidéo qu'on a faite c'était en février, parce qu'on se dit qu'on a fait tout ce que l'on avait à faire", explique William Burkhardt.

"On fait 100 millions de vues pour montrer les conditions des animaux d'élevage intensifs en France, on a exposé les plus grosses marques, Fleury Michon, KFC, Mcdo, on a montré les pires traitements et même en faisant tout cela, on se rend compte que les choses n'ont pas vraiment changé", ajoute-t-il. 

Une jurisprudence défavorable qui n'effraie pas L214

Ces condamnations à répétition bâtissent une jurisprudence plutôt défavorable aux activistes, mais cela n'effraie pas les membres de l'association L214 ni sa co-fondatrice Brigitte Gothière. "Ces condamnations ne...


Lire la suite sur Europe1