VIDÉO - Yves Lecoq endetté à cause de ses châteaux : "40 000 euros partent tous les mois"

Entre Yves Lecoq (qui fut l'un des tauliers des Guignols) et les châteaux français, c'est une longue et intense histoire d'amour. Et si les souvenirs sont souvent bons (comme cette fois où Michelle Pfeiffer a séjourné dans l'un d'entre eux situé dans l'Essone) ou parfois mauvais (comme ce château qui a brûlé en Ardèche en 2013), cette fascination ne s'est jamais démentie, mais aujourd'hui, ces possessions deviennent un véritable gouffre financier pour l'humoriste et imitateur, comme il vient de le confier à nos confrères de Non Stop People.

Invité de l'émission L'Instant de luxe, animé par Jordan de Luxe, Yves Lecoq (qui avait participé fin 2019 à la première édition de Mask Singer) a été interrogé sur la santé de son compte en banque, et de répondre sans filtre : "Ecoutez, en ce moment, ça va pas terrible. Mais ça va revenir."

Une réponse qui a surpris l'animateur de l'émission, auquel Yves Lecoq a apporté une explication : "Vous savez quand on vous arrête tout du jour au lendemain (faisant référence à l'arrêt brutal des Guignols en 2018, NdR), comme ça d'un coup, ben y a quand même des choses qui continuent de tomber. Moi, j'ai de grosses charges. J'ai pas d'impôts sur la fortune tellement je suis endetté à cause des châteaux", a-t-il lâché pour justifier sa réponse.

"Je l'ai fait à la demande de l'Etat"

Mais Yves Lecoq était visiblement enclin à la confidence, puisqu’il a détaillé : "J'ai des charges pour l'entretien de ces châteaux qui continuent à tomber, sauf que moi je n'ai

Retrouvez cet article sur GALA

"Pas d'autre choix que de quitter la monarchie" : Meghan Markle impatiente que sorte sa biographie
Demi Moore : sa fille Tallulah lui adresse un tendre message après avoir refusé de lui parler pendant 3 ans
Jean-Jacques Goldman sort de sa réserve : ces images qui l'ont beaucoup "touché"
Isabelle Vitari victime d'un gros passage à vide : "Je ne ressentais plus rien"
A 94 ans, la reine Elizabeth II participe à une grande première