Vidéo avec des youtubeurs, pass culture: comment Macron part à l'assaut de l'électorat jeune

·5 min de lecture
Emmanuel Macron à l'Élysée avec McFly et Carlito, dans une vidéo mise en ligne dimanche 23 mai 2021 - BFMTV / YouTube McFly et Carlito
Emmanuel Macron à l'Élysée avec McFly et Carlito, dans une vidéo mise en ligne dimanche 23 mai 2021 - BFMTV / YouTube McFly et Carlito

Des éléments avaient été savamment distillés avant sa mise en ligne ce dimanche à 10 heures, précises. Emmanuel Macron s'est prêté au jeu d'un "concours d'anecdotes", dans une vidéo longue de 36 minutes, avec les youtubeurs McFly et Carlito. Résultat de la compétition: match nul, et un gage pour chacun.

Une opération de communication bien huilée qui n'hésite pas à faire entrer en scène une des idoles des jeunes, le footballeur Kylian Mbappé. Le tout avec un ton décontracté, qui contraste avec le décor pompeux du palais de l'Élysée, ses lustres à pampilles et autres dorures, avant un "concert privé" du groupe de metal Ultra Vomit dans les jardins du Château.

La séquence fait suite au défi lancé en février dernier par le chef de l'État aux deux youtubeurs, qui était de susciter 10 millions de vues avec une vidéo promouvant le respect des gestes barrières.

Opération séduction

L'opération s'inscrit dans une plus large stratégie de séduction assumée à l'égard des jeunes. Et la période le permet depuis peu: l'actualité, morose et indexée depuis de longs mois sur la crise sanitaire, entrouvre une petite fenêtre à la faveur d'un nouvel allègement des restrictions sanitaires.

Depuis mercredi, terrasses et lieux de culture renouent avec le public, et le couvre-feu est passé de 19 à 21 heures. Emmanuel Macron ne s'est d'ailleurs pas privé de se mettre en scène lors de cette réouverture tant attendue, d'abord mercredi matin, attablé en terrasse non loin de l'Élysée avec son Premier ministre Jean Castex, puis vendredi en début de soirée, à Nevers (Nièvre) avec un Spritz.

"Le président de la République a pris un engagement, a fait une promesse parce que McFly et Carlito nous ont aidés au moment de la crise à parler des gestes barrières, et donc quand on donne sa parole, on la tient", a défendu sur BFMTV ce dimanche matin Sarah El Haïry, secrétaire d'État à la Jeunesse.

"Le président de la République et l'ensemble du gouvernement est absolument mobilisé pour la jeunesse", a-t-elle assuré, assumant le fait d'aller "là où tous les jeunes sont".

Aller sur le terrain des plus jeunes

"Là où tous les jeunes sont", cela recouvre donc aussi les réseaux sociaux, et notamment TikTok où Emmanuel Macron a promu cette semaine sa généralisation du pass culture de 300 euros, octroyé désormais à tous les jeunes de 18 ans. Une allocation taillée sur mesure pour ce public cible. Mais c'est aussi le média en ligne Brut, auquel le locataire de l'Élysée avait accordé un long entretien en décembre dernier. Des opérations qui convergent vers un but: capter l'attention des jeunes qui ne regardent pas forcément les allocutions présidentielles voire se désintéressent de la matière.

"Les jeunes, ce n'est pas une catégorie uniforme, faut-il le rappeler. Ils n'ont pas tous la même vie. (...) Le premier parti des 18-24 ans, c'est l'abstention, il faut savoir que la voix des jeunes dans les urnes pèse deux fois et demi moins que celle des seniors qui se mobilisent toujours davantage pour les élections", rappele l'éditorialiste politique de BFMTV Nicolas Prissette.

"Emmanuel Macron est déjà en réalité à un niveau assez élevé chez les jeunes, 30% d'intentions de vote dans le dernier sondage Elabe mi-avril pour BFMTV. Conclusion: cette vidéo du jour ne vise pas seulement les jeunes, elle vise aussi leurs parents qui vont la regarder et à qui Emmanuel Macron envoie ce message subliminal: 'Regardez, je m'occupe de vos enfants'", analyse l'éditorialiste.

Dans un sondage Ifop pour le Journal du dimanche publié ce jour, Emmanuel Macron enregistre un regain de popularité, avec une progression particulière chez les jeunes. 40% des Français se disent globalement satisfaits de l'action du chef de l'État. Chez les plus jeunes, sa cote s'établit à 51% chez les 18-24 ans, soit une augmentation de 8 points par rapport à avril.

"La communication heureuse"

"On est déjà en campagne pour 2022 et une des cibles élargies (de la vidéo, NDLR), parce qu'on est sur des 15-25 ans, c'est d'aller chercher des jeunes, pour qu'ils viennent voter pour lui, il y a un vrai défi entre lui et Marine Le Pen", estime le politologue et communicant Jean-Christophe Gallien, ce dimanche sur BFMTV.

"C'est la communication heureuse d'Emmanuel Macron, c'est son créneau depuis un moment", abonde Philippe Moreau-Chevrolet sur notre antenne, professeur en communication politique à Sciences-Po, auteur de la BD Le Président (Ed. Les Arènes). "Depuis un moment, il était un peu gêné dans ce créneau par le Covid, mais comme là ça se desserre, c'est le bon moment pour lancer une campagne de ce type qui ressemble beaucoup à une campagne publicitaire."

"L'enjeu, c'est de faire le plus vite possible pour marquer la plus grosse audience possible avant le 1er juillet 2021 qui est le début de la campagne officielle, où là tout sera contingenté, tout sera compté, l'argent, les temps de parole", ajoute Philippe Moreau-Chevrolet.

Ces appels successifs à la jeunesse porteront-ils des fruits en termes de visées électoralistes? Benjamin Morel, maître de conférence à l'université Paris 2 - Panthéon-Assas, est sceptique.

"Ça a déjà été tenté en réalité", estime-t-il, citant notamment la fête de la musique 2018 avec l'organisation de concerts électro à l'Élysée. "Un Emmanuel Macron 'cool', c'est quelque chose qu'il a dans sa palette, qu'il a dans son registre d'action en termes de communication, qui jusqu'à présent n'a pas encore porté son électorat. À voir si là c'est une révolution", pose enfin l'universitaire.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles