Publicité

Cette vidéo de Vladimir Poutine censé dénoncer le rôle de la France dans l'attentat de Moscou a été manipulée

Un attentat contre une salle de concert en banlieue de Moscou a fait au moins 139 morts vendredi 22 mars 2024. Il a été revendiqué par l'Etat islamique, mais les autorités russes, tout en parlant d'actes commis par des "islamistes radicaux", ont néanmoins évoqué une possible responsabilité de l'Ukraine. Dans ce contexte, une vidéo où le président russe Vladimir Poutine affirmerait que la France est impliquée dans cette attaque a largement été relayée sur les réseaux sociaux. Mais il s'agit d'une vidéo manipulée, s'appuyant sur un discours datant de juin 2023. Vladimir Poutine y remercie ses troupes pour avoir mis en échec la tentative de mutinerie initiée par le groupe paramilitaire Wagner. Par ailleurs, le président russe n'a -au 26 mars 2024- pas mentionné un possible rôle de la France dans l'attaque ayant visé le Crocus City Hall.

Le 22 mars au soir, vers 20h15 à Moscou (17H15 GMT), plusieurs individus armés ont mené un assaut sur le Crocus City Hall, une salle de concert située à Krasnogorsk, à la sortie nord-ouest de la capitale russe (lien archivé ici).

Les auteurs auraient utilisé des "armes automatiques" et incendié le bâtiment à l'aide d'un "liquide inflammable", a déclaré le Comité d'enquête le 23 mars. Les services de secours, cités par l'agence Interfax, ont indiqué que les assaillants avaient "ouvert le feu sur les agents de sécurité à l'entrée de la salle de concert", avant de "commencer à tirer sur le public".

Selon le bilan officiel communiqué le soir du 25 mars, cette attaque a fait au moins 139 morts et 182 blessés.

Quelques heures après l'assaut, le groupe Etat islamique (EI), que la Russie combat en Syrie et qui est actif dans le Caucase russe, a revendiqué l'attentat. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière en Russie depuis une vingtaine d'années, ainsi que la plus sanglante à avoir été revendiquée par l'EI en Europe (lien archivé ici).

L'attentat est survenu quelques jours à peine après la réélection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie, sans opposition pour six ans, alors qu'il avait promis la sécurité à ses concitoyens en pleine recrudescence des attaques en provenance d'Ukraine sur le sol russe.

<span>Photo de fleurs commémorant les victimes de l'attaque du Crocus City Hall, à Krasnogorsk, près de Moscou, le 25 mars 2024 ( AFP / Olga MALTSEVA)</span><div><span>OLGA MALTSEVA</span><span>AFP</span></div>
Photo de fleurs commémorant les victimes de l'attaque du Crocus City Hall, à Krasnogorsk, près de Moscou, le 25 mars 2024 ( AFP / Olga MALTSEVA)
OLGA MALTSEVAAFP

Dans ce contexte, des internautes partagent sur les réseaux sociaux une vidéo d'un discours de Vladimir Poutine prouvant, selon eux, l'implication de la France.

"Le président Poutine l'a annoncé officiellement, le gouverne-ment Français est impliqué dans l'attentat de Moscou !!!", prétend une publication partagée plusieurs centaines de fois sur X depuis le 24 mars.

"Hors l'horreur de cet attentat , réjouissons-nous car, la conséquence directe est que, TOUS les cabalistes Français ont signé leur arrêt de mort. Poutine sera impitoyable.☠️
Qu'il en soit ainsi", continue l'internaute derrière ce message.

"Le film se termine", commente une autre publication relayant la vidéo sur X, cumulant elle aussi plusieurs centaines de partages.

<span>Captures d'écran réalisées sur X le 26 mars 2024</span>
Captures d'écran réalisées sur X le 26 mars 2024

On retrouve également la vidéo sur Facebook et son équivalent russe VKontakte.

Sur ces images, on voit Vladimir Poutine prononcer un discours debout devant un pupitre. Derrière lui, se tiennent trois militaires.

"Bonjour, nous avons bien identifié justement les auteurs de l'attentat, il s'agit bien de mercenaires géorgiens qui ont réellement été financés et armés par les troupes françaises", explique l'audio de la vidéo, comme s'il s'agissait d'une traduction des propos du dirigeant russe. On retrouve les mêmes mots en sous-titres.

Un texte sur fond rouge précise en outre (en anglais) que "le président russe Vladimir Poutine prononce un discours pour remercier l'armée et tient une minute de silence".

Sauf que cette vidéo a été manipulée et n'a rien à voir avec l'attentat de Moscou.

Les pays occidentaux sont particulièrement visés par la désinformation pro-russe, dans le but de saper le soutien occidental à l'Ukraine. La France est elle même spécialement ciblée depuis que le président Emmanuel Macron a évoqué fin février l'éventualité d'envoyer des troupes en Ukraine.

Ancienne vidéo

Sur la vidéo, on peut apercevoir à plusieurs reprises un logo TikTok avec le nom d'utilisateur "rnvision1". Ce compte TikTok décrit dans sa biographie partager du "contenu audio visuel de divertissement". Sur la plupart des vidéos, figurent Marine Le Pen ou Vladimir Poutine.

C'est le 23 mars que ce profil publie, sans y ajouter de légende, la vidéo que nous examinons, récoltant plusieurs milliers de partages. Mais en commentaire, de nombreux internautes laissent poindre leur scepticisme : "à vérifier, je doute de la traduction", écrit ainsi une utilisatrice de TikTok.

<span>Capture d'écran réalisée sur TikTok le 26 mars 2024</span>
Capture d'écran réalisée sur TikTok le 26 mars 2024

Sur cette vidéo, on retrouve à nouveau un logo TikTok accolé d'un nom d'utilisateur, cette fois-ci "skynews".

En effectuant une recherche avancée avec les mots-clés "skynews", "TikTok", "Putin", "army", nous retrouvons cette vidéo (lien archivé ici). Elle a été publiée le 27 juin 2023 par le compte TikTok officiel de la chaîne de télévision britannique Sky News.

La séquence publiée par le média est plus longue que la vidéo virale que nous vérifions (2 min 10 contre 15 secondes).

On y voit Vladimir Poutine prononcer un discours à une tribune, les paroles étant traduites en simultané en anglais par un interprète de Sky News.

"Je salue également toutes les grandes unités tactiques qui ont défendu le pays. Un certain nombre de nos camarades sont morts dans ce processus, ils ont exécuté les ordres et leur devoir militaire avec honneur et je voudrais observer une minute de silence en leur mémoire", dit Vladimir Poutine.

Quelques secondes de cet hommage sont diffusées avant que la vidéo ne poursuive sur la suite du discours du président russe.

"Notre résilience et notre courage ainsi que la consolidation de l'ensemble de la société russe ont été énormes et ont joué un rôle déterminant dans la résolution de ces obstacles et de la mutinerie. Vous pouvez voir que l’armée, la société et le peuple ne faisaient qu’un. Cela nous a permis de surmonter la situation extrêmement dangereuse dans laquelle se trouvait le pays. Je tiens à vous remercier pour vos contacts avec les forces armées, notamment avec les autres corps, et pour votre fidélité, votre loyauté envers le peuple russe", déclare Vladimir Poutine.

<span>Capture d'écran réalisée sur TikTok le 26 mars 2024</span>
Capture d'écran réalisée sur TikTok le 26 mars 2024

Comme le rapporte l'AFP, ce discours a été prononcé suite à la mutinerie intentée par les hommes du milliardaire Evguéni Prigojine (lien archivé ici). A la tête du groupe paramilitaire Wagner, l'homme d'affaires au crâne rasé et aux traits durs avait affirmé le 24 juin 2023 s'être emparé "sans un coup de feu" du quartier général de l'armée russe à Rostov-sur-le-Don, centre névralgique des opérations en Ukraine, après avoir accusé la veille l'armée russe d'avoir bombardé des camps de son groupe (lien archivé ici).

Puis ses hommes, "prêts à mourir", avaient roulé vers Moscou, abattant des avions de l'armée russe. Le monde retenait son souffle.

Mais finalement, le chef mercenaire de 62 ans avait renoncé au coup de force au bout de 24 heures, négociant un exil pour lui et ses fidèles au Bélarus. Devenu ennemi juré de Vladimir Poutine, Evguéni Prigojine avait échappé à la prison, à la justice avant de finalement périr dans un crash d'avion le 23 août.

"Vous vous êtes opposés à ces troubles dont le résultat aurait inévitablement été le chaos", a salué Vladimir Poutine lors de la cérémonie organisée devant des militaires à Moscou. "Dans les faits, vous avez empêché une guerre civile", a-t-il ajouté.

La mine grave, la tête baissée, le maître du Kremlin a ensuite fait observer une minute de silence en hommage à des pilotes de l’armée tués par les mutins alors qu’ils "accomplissaient leur devoir avec honneur".

"Islamistes radicaux"

Le président russe Vladimir Poutine a reconnu lundi pour la première fois que l'attentat près de Moscou, revendiqué il y a trois jours par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), avait été commis par des "islamistes radicaux", tout en continuant à sous-entendre un lien avec l'Ukraine (lien archivé ici).

Kiev et les Occidentaux ont vigoureusement démenti toute relation entre les autorités ukrainiennes et les auteurs de cette attaque qui, selon un nouveau bilan annoncé lundi soir, a fait au moins 139 morts et 182 blessés.

Vladimir Poutine, plus de deux ans après son offensive à grande échelle contre Kiev présentée comme un conflit existentiel, a néanmoins encore soulevé cette idée, qu'il avait déjà évoquée ce week-end sans mentionner d'implication jihadiste.

"Nous savons que (ce) crime a été commis par des islamistes radicaux ayant une idéologie contre laquelle le monde islamique se bat lui-même depuis des siècles", a-t-il déclaré lors d'une réunion gouvernementale. "Ce qui nous intéresse, c'est le commanditaire".

"Pourquoi les terroristes, après leur crime, ont essayé de partir en Ukraine? Qui les attendait là-bas? Ceux qui soutiennent le régime de Kiev ne veulent pas être des complices de la terreur et des soutiens du terrorisme, mais beaucoup de questions se posent", a-t-il dit.

"On se demande à qui cela profite? Cette atrocité peut être un nouvel épisode de la série de tentatives de ceux qui, depuis 2014, combattent notre pays à travers le régime néonazi de Kiev", a-t-il affirmé.

7 hommes placés en détention

Les quatre auteurs présumés de l'attaque d'une salle de concert près de Moscou, dont au moins un est originaire du Tadjikistan, ont été placés le 24 mars en détention provisoire après leur comparution devant un tribunal de la capitale (lien archivé ici). Ils encourent la peine de prison à perpétuité.

Cette comparution intervient au soir d'une journée de deuil en Russie, après le massacre qui a fait au moins 137 morts, l'attaque la plus meurtrière sur le sol européen revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Lundi 25 mars, trois nouveaux suspects ont été placés en détention provisoire par un tribunal de la capitale, ont rapporté les agences russes (lien archivé ici).

Ces trois hommes - un père et deux de ses fils dont l'un, né au Tadjikistan, a la nationalité russe - sont accusés de "terrorisme" et encourent la prison à perpétuité, selon l'agence d'Etat Ria Novosti. Leur détention provisoire, fixée jusqu'au 22 mai, peut être prolongée dans l'attente de leur procès, dont la date n'a pas encore été fixée.

Les autorités russes avaient annoncé samedi avoir arrêté au total onze personnes et n'ont pas confirmé dans l'immédiat que ces trois suspects en faisaient partie.

27 mars 2024 Ajoute liens TikTok