VIDÉO - "Je vais me saouler la gueule" : l'actrice Ariane Ascaride se lâche en plein direct sur France 2

Applaudir tous les soirs les soignants, c’est bien, mais ce n’est vraiment pas assez. C’est le sens du gros coup de gueule de la comédienne Ariane Ascaride sur France 2. Elle a un mot d’ordre : que la solidarité envers le personnel soignant aille plus loin et continue après la crise du coronavirus.

« Je ne cesse de penser à tous ces gens qui sont malades et à tous ces gens qui se battent comme des fous pour les soigner. Et j'aimerais vraiment que, quand on sortira de tout ça, on fasse de grandes, grandes, grandes manifestations de soutien pour tous ces gens qui pendant longtemps ont essayé de se faire entendre et n'ont pas pu ! », a indiqué dans le journal de 13 heures de Sophie Le Saint l’actrice de 65 ans en colère, mais surtout inquiète pour certains de ses amis malades.

« Au fond, depuis trente ans, on est dans un espèce d'individualisme absolument incroyable, et on en arrive à quoi ? A ce que des gens soient obligés de mourir seuls. Puisque c'est seuls qu'ils meurent, puisqu'on ne peut pas les approcher. C'est quelque chose qui me hante », a confié sur France 2 l’actrice qui avait reçu un César en 1998 pour sa performance dans Marius et Jeannette. Vivre confinée est pour elle compliqué. « Il y a des jours où ça va et d’autres où ça va moins bien », a raconté celle qui pense déjà à l’après.

« La première chose que je vais faire, c'est voir mes enfants, que je ne peux pas voir et pour moi c'est vraiment très très pesant », annonce la maman de Madeleine et Valentine, nées de sa

Retrouvez cet article sur GALA

Meghan Markle : pourquoi est-elle la cible de Donald Trump ?
Christian Estrosi : ce sale tour qu'il a joué à son "meilleur ennemi"
Les 3 enfants de Kate Middleton et William confinés à Anmer Hall : les détails de leur vie loin de Londres
VIDÉO - Christophe hospitalisé : son état "n'est pas rassurant mais stable", confie Fabien Lecoeuvre
« On s’était battu comme des lions » : François Fillon fait la leçon à Emmanuel Macron