Vidéo. “Je tremblais” : le récit de la journaliste afghane qui a interviewé un taliban en direct

·1 min de lecture

Le 17 août, deux jours après la prise de Kaboul par les talibans, la journaliste Behishta Arghand interviewait en direct un officiel du groupe sur le plateau de la chaîne Tolo News. Désormais hors du pays, elle raconte ce moment de terreur et ses craintes pour les droits des femmes dans son pays.

“Quand la présentatrice Behishta Arghand s’est rendue à son travail, le 17 août, elle ne savait pas qu’elle serait confrontée à l’un de ses pires cauchemars”, relate The Daily Telegraph. “Un responsable taliban est entré dans la salle de rédaction [de Tolo News] et a exigé d’être interviewé en direct sur la chaîne.” La jeune femme, âgée de 22 ans, exerce le métier de journaliste depuis seulement deux ans et demi, mais elle a accepté de mener l’interview, explique le quotidien britannique, “rappelant qu’elle était la première journaliste afghane à s’entretenir avec un taliban en direct à la télévision”.

À lire aussi: Vidéo. “Je refuse de revenir en arrière” : boxeuse, policière, chanteuse, ces Afghanes témoignent

Dans une interview vidéo relayée par The Telegraph, Behishta Arghand décrit son ressenti à l’arrivée des talibans dans les locaux de Tolo News :

À ce moment-là, j’étais choquée, désorientée, je tremblais. Je me suis dit : ‘oh, ils sont arrivés…’”

La jeune femme explique avoir décidé de conduire cette interview “pour montrer au monde que les femmes afghanes ne veulent pas revenir en arrière”. Car bien que les talibans affirment vouloir préserver le droit des femmes à travailler, les Afghanes sont nombreuses à avoir dû cesser leur activité professionnelle depuis le 15 août. Très émue, Behishta Arghand poursuit :

Nous nous sommes battues pendant vingt ans pour un bel Afghanistan, pour ce pays que nous aimons plus que nous-mêmes. Je vous

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles