VIDÉO - TPMP : les chroniqueurs dévoilent le scandale des vaccins payants pour les stars non prioritaires

·1 min de lecture

Ce vendredi 29 janvier, Cyril Hanouna a présenté un nouveau numéro de Touche pas à mon poste, diffusé sur C8. L’animateur est notamment revenu sur des rumeurs qui font polémique ces derniers jours. Cyril Hanouna a interrogé ses chroniqueurs pour savoir s’ils avaient été contactés pour se faire vacciner contre le coronavirus en échange d’une somme d’argent… Ce à quoi Guillaume Genton a immédiatement répondu : "Ce ne sont pas des rumeurs. J’ai été contacté pour me faire vacciner", avant de poursuivre : "Pourtant je ne suis pas du tout prioritaire. Il y a des gens qui payent pour se faire vacciner en priorité (...) Vous payez 200, 300 ou 500 euros donc oui, il y a des personnalités, et pas que, qui se font vacciner actuellement."

De son côté, Isabelle Morini-Bosc a tenu à confirmer les propos de son collègue tout en ajoutant : "J'ai un copain comédien et un copain rédacteur en chef dont je ne dirai pas les noms, car ils ont accepté, qui m'ont dit : 'Et toi si on te propose, est-ce que tu le ferais ?' J'ai dit : 'Non.'" Benjamin Castaldi a quant à lui voulu nuancer ces bruits et a révélé qu’on lui avait proposé "gratuitement" de recevoir une dose du vaccin contre le coronavirus. Il a rappelé que certains médecins avaient des doses supplémentaires en fin de journée, et que, pour ne pas les jeter, ils les proposaient à leur entourage.

Face à ces témoignages, Patrick Pelloux, qui était en duplex dans Touche pas à mon poste, a tenu à alerter les téléspectateurs : "Je rappelle que le vaccin (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Nikolai de Danemark : fini l'armée, le prince reprend le mannequinat et sublime le défilé Dior
"J'ai appris à regarder par terre" : Philippe Etchebest se confie sur les dangers de la notoriété
Arthur : fiascos financiers pour la star de TF1 qui aurait perdu des millions
Covid-19 : Laura Smet ironise sur... le nouveau test anal
"J'en ai un peu marre" : Gad Elmaleh évoque son ras-le-bol