Vidéo. Le T-Rex marchait à la même vitesse que vous, on le sait grâce à sa queue

El País (Madrid)
·2 min de lecture

Vous auriez presque pu partir en promenade avec un Tyrannosaurus rex. Une étude néerlandaise montre en effet que ce dinosaure se déplaçait à la même allure qu’un humain. Un résultat établi en étudiant un élément jusqu’ici négligé par la recherche : le balancement de sa queue.

Avec son poids de six à neuf tonnes et ses douze mètres de long, le tyrannosaure est le prédateur préhistorique le plus connu. Malgré son imposante stature, il marchait à la même vitesse que nous, les humains : environ 4,6 kilomètres par heure. C’est ce que révèle une étude néerlandaise publiée le 21 avril dans la revue Royal Society Open Science et mise en avant par le quotidien espagnol El País.

D’autres études avaient déjà analysé la vitesse du T-Rex quand il n’était ni en train de chasser, ni en train de courir. Mais le rôle de sa queue n’était jamais ressorti dans les calculs finaux. Pourtant, il est primordial. Quand un humain marche, il a tendance à adopter une cadence régulière et à balancer ses bras en rythme pour accompagner le mouvement de ses jambes. Une manière d’économiser de l’énergie. Les tyrannosaures faisaient sensiblement la même chose. Sauf qu’ils disposaient d’une queue qui constituait plus de la moitié de leur corps et pouvait peser jusqu’à 1 000 kilogrammes.

“Quand le battement de la queue atteint la résonance, c’est-à-dire qu’il réalise le plus de mouvement avec le moins d’effort, on peut parler de fréquence naturelle : en l’occurrence, ce serait celle de l’animal lorsqu’il marche sans se presser”, résume Pasha van Bijlert, 27 ans, à El País. Il est l’auteur principal de l’étude et suit un master en sciences du mouvement à l’université libre d’Amsterdam (Vrije Universiteit).

Les trois chercheurs à l’origine de l’étude ont créé un modèle numérique tridimensionnel du squelette de Trix, une femelle adulte de l’espèce. À cette représentation, ils ont ensuite ajouté les muscles et les ligaments

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :