VIDÉO - Sylvie Tellier et Jean-Pascal Lacoste : « la hache de guerre enterrée » ? Ce message inattendu

·1 min de lecture

L'eau a coulé sous les ponts. Alors qu'il s'apprête à épouser Delphine, Jean-Pascal Lacoste a estimé bon de se réconcilier avec sa future belle-sœur, Sylvie Tellier. Ce vendredi 6 novembre, sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste, l'interprète de L'Agitateur a donc révélé avoir fait un pas vers la patronne des Miss, en marge de la Journée de la Gentillesse célébrée ce mardi 3 novembre, en lui envoyant un texto dont il a dévoilé le contenu dans la foulée. "Bonjour Sylvie, j'espère que tu vas bien. Nous n'avons jamais eu l'occasion de nous rencontrer. Néanmoins, accepterais-tu que l'on puisse se voir afin d'enterrer la hache de guerre ?", aurait ainsi écrit le chroniqueur, invitant la mère de famille à une prochaine rencontre. "Je suis sûr qu'on arrivera à s'expliquer sur nos convergences. Il est important, je pense, de communiquer en dehors des médias. Amitiés à toi et à ta famille."

Reste à savoir maintenant si Sylvie Tellier acceptera ce drapeau blanc car, pour l'heure, Miss France 2002 a laissé l'appel de Jean-Pascal Lacoste sans réponse. Il faut dire que l'ex-star de la première saison de Star Academy avait été particulièrement virulent avec la directrice générale du comité Miss France, allant même jusqu'à la bannir de son mariage. "Ma future belle-sœur ne sera pas invitée au mariage ! Moi, je n'en veux pas, sauf si Delphine estime qu'elle doit venir", fustigeait-il dans l'émission Less and The City le mercredi 23 septembre 2020. Et d'expliquer : "Je ne l'ai jamais rencontrée (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Laeticia Hallyday et Luana Belmondo : une amitié brisée pour toujours ?
VIDÉO - Mort de Sean Connery : sa petite-fille révèle un talent caché de l’acteur
Melania Trump au bout du rouleau ? Ce soir d'élection où elle n'a fait que pleurer
Le saviez-vous ? Rama X, le roi de Thaïlande a épousé sa garde du corps
Gérald Darmanin fier d’être petit-fils d’Algérien et ministre de l’Intérieur : “Ce n’est pas rien”