VIDÉO - Roselyne Bachelot sous "oxygénothérapie renforcée" : Olivier Véran "l'encourage dans son combat"

·1 min de lecture

L'état de santé de Roselyne Bachelot fait l'objet de toutes les inquiétudes, depuis son hospitalisation en milieu de semaine. Placée sous "oxygénothérapie renforcée" ce jeudi 25 mars, la ministre de la Culture avait été testée positive au Covid-19 après des "symptômes respiratoires", malgré une première dose de vaccin. Au cours de son point sanitaire, en fin de journée, Olivier Véran a eu une pensée pour sa consœur. "Je ne parlerai pas de l'état de santé de Madame Roselyne Bachelot, parce qu'elle a droit, comme chacun d'entre nous, au respect du secret médical, a-t-il évoqué lors de la désormais traditionnelle conférence de presse du jeudi. Par contre, je l'encourage dans le combat qui est le sien et je lui souhaite le meilleur rétablissement possible." Tout en précisant ne pas être au courant du type d'oxygénothérapie dont bénéficie la ministre, âgée de 74 ans, le médecin a ensuite expliqué en quoi consistait cette procédure médicale, un dispositif qui permet d'administrer de l'oxygène aux personnes en difficultés respiratoires.

La veille, Olivier Véran s'était déjà exprimé au sujet de l'état de santé de Roselyne Bachelot, ancienne ministre de la Santé, dans l'émission Quotidien sur TMC. Si le neurologue de profession a affirmé ne pas avoir eu de nouvelles ce jour-là, il lui a souhaité "le meilleur". "C'est quelqu'un de bien", a-t-il ajouté, tout en précisant qu'il n'avait pas à s'exprimer plus longuement sur la santé de la ministre, en raison du droit au respect du secret médical. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - Donald Trump : la mauvaise blague que Nicolas Hulot a failli lui faire
George Michael : qui est Fadi Fawaz, son ex-amant voulant récupérer sa part d'héritage ?
PHOTO - Emily Ratajkowski : son cliché symbolique en train d'allaiter
VIDEO - "Il était odieux" : Sophie Garel pas tendre avec son ex-compagnon Jean Yanne
Non, Olivier Duhamel ne publiera pas de livre en réponse à Camille Kouchner