VIDÉO - Richard Berry accusé d'inceste : "Qu'il se défende n'est pas un signe de surpuissance"

·1 min de lecture

Plus que chroniqueuse dans L'Heure des pros, Sophie Obadia est aussi une brillante avocate exerçant en droit pénal. Au lendemain de la révélation d'une plainte pour viols, agressions sexuelles et corruption de mineur visant Richard Berry, elle est donc montée au créneau pour évoquer la défense de son client ce mercredi 3 février. "Il a eu raison de le faire", amorce-t-elle citant le démenti catégorique du comédien. "Un homme accusé de tels faits qu'il réfute intégralement et totalement a le droit de se défendre (...) ce n'est pas un signe de surpuissance, c'est normal, c'est le jeu judiciaire. C'est normal que nous le fassions." Pour l'heure, il ne s'agit que d'une guerre de récits.

Une plainte est, par conséquent, "la preuve de rien" d'après elle. Rappelons également que la présomption d'innocence est inscrite dans de nombreux textes législatifs dont la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen et le code civil. Une réponse à la plaignante, Coline Hiegel Berry, qui n'aurait pas supporté de voir son père se défendre. Sophie Obania estime ainsi que Richard Berry a été "courageux" de s'exposer au public - mais aussi au "tribunal médiatique" - pour démentir les allégations de sa fille aînée. L'enquête, dont la brigade des mineurs de Paris a été saisie, a été ouverte le 25 janvier 2021. Affaire ciblant aussi Jeane Manson.

L'investigation se fait aussi par médias interposés. Tandis que Sophie Obania en dit plus sur la défense de Richard Berry, conservant tout de même le secret (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Richard Berry accusé d'inceste : d'autres révélations à venir ?
« Elle avalait son bol de crapauds tous les matins » : Marine Le Pen revient de loin
Emmanuel Macron : qui est Rima Abdul-Malak, cette conseillère qui fait de l'ombre à Roselyne Bachelot ?
Emmanuel Macron « ne tient pas ses ministres » : Marlène Schiappa s’est sentie visée
VIDÉO - Laurence Ferrari pique une colère froide : « On n'est pas pressés »