VIDÉO - « Des putaclics » : Guillaume Genton très énervé après la polémique sur Nicolas Sarkozy

·1 min de lecture

Les faits remontent au 13 avril dernier. Selon les informations du Parisien, Nicolas Sarkozy aurait contacté les autorités suite à un tapage nocturne à proximité de sa demeure de la Villa Montmorency, dans le 16ème arrondissement, louée pour les besoins d'un tournage par Guillaume Genton. Des informations rapidement démenties par l'entourage de l'ancien président qui assure que ce dernier est arrivé alors que les policiers étaient déjà sur place. Une polémique qui n'a eu de cesse d'enfler, au grand dam du chroniqueur qui a pointé du doigt le manque de professionnalisme des journalistes ce lundi 19 avril sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste.

Visiblement très remonté, Guillaume Genton a accusé le quotidien de "putaclic". Et d'ajouter : "c'est plus vendeur de dire que c'est Nicolas Sarkozy et c'est plus vendeur de dire que c'est un membre de l'équipe de TPMP qui organise", et ce, alors même qu'il se défend d'avoir été à l'origine de cette soirée clandestine.

"Je n’ai pas organisé cette soirée, je n’y ai pas participé !", a insisté l'acolyte de Cyril Hanouna qui estime avoir été "trahi". "Ce mardi soir, nous terminons le tournage à 20 heures, les équipes rentrent chez elles. Je suis chez moi. J’étais-là (NDLR : sur le plateau de TPMP), jusqu’à 21 heures 20, je rentre chez moi. Et il se trouve que les influenceurs qui sont majeurs et ont un manager qui, lui aussi, est majeur, ont organisé une soirée clandestine de 50 personnes", souffle-t-il.

Selon ses dires, le chroniqueur n'aurait (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le prince Harry acculé : comment il a repris la main face à Kate, William et Charles
Kate Middleton : comment elle a « brisé la glace » entre les deux frères
François Hollande demande « pardon » : son message émouvant après le décès d'une jeune femme
Mais pourquoi Jean Castex reçoit-il des petites culottes ?
PHOTO - Laeticia Hallyday et Jalil Lespert collés serrés dans un lit : le selfie de la passion