VIDEO - "Archétype de la lâcheté" : Ségolène Royal fait bondir la majorité

·1 min de lecture

Ségolène Royal était l'invitée de la matinale de CNews, présentée par Laurence Ferrari, ce lundi 16 novembre. L'ancienne ministre a une nouvelle fois fait parler d'elle et pour cause, ses propos sur les caricatures ont été largement repris et commentés sur les réseaux sociaux. Interrogée sur les caricatures de Mahomet, en marge de l'affaire Mila et de l'assassinat de Samuel Paty, celle qui va bientôt être une nouvelle fois grand-mère a assuré qu'elle n'était "pas pour l'interdiction des caricatures" mais que "certaines caricatures de Mahomet sont insultantes", surtout "celles qui sont pornographiques".

Tandis que Laurence Ferrari lui faisait remarquer qu'elle utilisait beaucoup le "Oui mais" pour parler des caricatures et que Samuel Paty était décédé de la liberté d'expression, Ségolène Royal a soutenu que le professeur n'avait pas été assassiné pour ça. "Il est mort car des terroristes, cinglés, fous furieux l'ont massacré. C'est pas pareil," a-t-elle lancé. Et que la journaliste ne lui fasse remarquer qu'il avait été assassiné après avoir montré des caricatures à ses élèves. "C'était un prétexte comme un autre", a conclu l'ex-ambassadrice des Pôles.

Une chose est certaine, ces propos de Ségolène Royal ont fait bondir Aurore Bergé, qui a tweeté : "Et à nouveau cet insupportable "oui mais" en ce qui concerne le droit à la caricature et au blasphème. Et ces "oui mais...", on sait où ils mènent." La députée française a ensuite ajouté le hashtag "Tartuffe". De son côté, le député (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Marine Le Pen tata impliquée : elle s’occupe de la fille de Marion Marechal
VIDEO - Léa Salamé : comment elle a rencontré "par hasard" son compagnon Raphaël Glucksmann
Ivanka Trump s'indigne sur Twitter : les internautes ne lui font pas de cadeau...
Le roi et la reine de Thaïlande de sortie : de nouvelles images déconcertantes
VIDEO - "Infantilisant" : Jean Castex moqué chez Pascal Praud pour son échange avec un père de famille