VIDÉO. Professeur démissionnaire à Trappes : "Depuis la mort de Samuel Paty, les enseignants sont des cibles", juge le porte-parole du RN Sébastien Chenu

franceinfo
·1 min de lecture

"Depuis la mort de Samuel Paty, les enseignants sont des cibles", juge Sébastien Chenu. Invité du 8.30 franceinfo samedi 13 février, le porte-parole du Rassemblement national a été interrogé sur l'histoire de Didier Lemaire, cet enseignant en philosophie d'un lycée de Trappes (Yvelines), qui a démissionné parce qu'il s'estimait menacé après avoir défendu l'enseignant assassiné Samuel Paty :

"C'est consternant, poursuit Sébastien Chenu. Ça souligne évidemment la faillite de notre État. Comme il est courageux cet enseignant, comme il a été lâché par le maire socialiste (de Trappes)", Ali Rabeh, qui aurait selon lui distribué des tracts où il aurait attaqué le professeur.

On attendrait l'unité derrière ce prof, qui vit quand même l'horreur

Sébastien Chenu

sur franceinfo

"Je pense que ça en dit long sur l'impuissance de l'État à endiguer la montée de l'islamisme à Trappes, estime le porte-parole du RN. Depuis Samuel Paty, on voit que les enseignants sont des cibles, comme le sont d'ailleurs les policiers, les fonctionnaires.

"Bien souvent, oui, il y a une menace islamiste. Oui, elle fait pression partout. (...), poursuit Sébastien Chenu. Je suis élu du Nord et parfois, ce qui nous est rapporté de ce qui est vécu à l'hôpital public a de quoi non seulement interroger, mettre en colère largement sur la capacité qu'a l'État à protéger ses agents".

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi