Une vidéo prétend montrer des tirs devant la présidence tchadienne après la mort d’Idriss Déby

·3 min de lecture

Une rumeur, qui a circulé les 20 et 21 avril sur les réseaux sociaux au Tchad, fait état de coups de feu au palais présidentiel, visant à renverser Mahamat Déby, fils d’Idriss Déby et président du Conseil militaire de transition. Certaines publications s’appuient notamment sur une vidéo datée et prise en réalité en Irak.

Le décès, mardi 20 avril, du président tchadien Idriss Déby Itno a donné lieu à de nombreuses rumeurs et fausses informations circulant sur les réseaux sociaux. L’une d’elles concerne son fils, Mahamat Déby Itno : à peine arrivé à la tête du Conseil militaire de transition – censé assurer la continuité du pouvoir en attendant la désignation d’un nouveau président –, il aurait été la cible d’une “attaque”.

Relayée dans la matinée du 21 avril sur Facebook, une vidéo montrerait ainsi les coups de feu échangés aux abords du Palais rose, résidence du président tchadien. Ces informations proviennent “de sources hauts placés” (sic), selon la légende qui l’accompagne.

Une vidéo ancienne

En réalité, la vidéo date de l’été 2020 et avait été publiée par le compte YouTube de la chaîne de télévision jordanienne Al Taghier. En description, la chaîne indique que “des combats acharnés ont eu lieu hier soir entre des clans irakiens dans la province de Maysan avec des armes réelles, sans qu’aucune raison à ces affrontements ne soit donnée”.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que cette vidéo est sortie de son contexte. En novembre 2020, la plateforme arabe de fact-checking Misbar, ainsi que l’AFP Factuel avaient ainsi démenti plusieurs publications qui affirmaient que cette vidéo montrait des échanges de tirs dans la ville yéménite de Marib. Depuis, la rumeur selon laquelle ces violents affrontements se sont déroulés au Yémen continue de circuler, comme ici le 3 mars.

Aucun coup de feu à signaler à N'djamena

Si la vidéo postée sur Facebook est mal légendée, y a-t-il pour autant eu des tirs aux abords du palais présidentiel tchadien ? La légende de cette vidéo indique que “blessé”, Mahamat Deby “aurait été extrait du palais présidentiel”, et poursuit : “La source nous fait savoir que c’est une divergence à l’intérieur de la famille qui a conduit à cette fratricide” (sic).

Un média africain reprend les mêmes propos, et prétend les tirer d’une “publication du porte-parole des rebelles du FACT [Front pour l’alternance et la concorde au Tchad, NDLR], Kingabé Ogouzeimi de Tapol”. Sur les réseaux sociaux, certaines personnes vont jusqu’à affirmer que ce “coup d’État” aurait conduit à la mort du fils d’Idriss Déby, comme ici.

Mais tout est faux. Dans une suite de tweets publiés le 21 avril, le site d’actualité Tchad infos répond à ces rumeurs. Le média tchadien a interrogé plusieurs agents de sécurité, ainsi que des habitants des quartiers environnants, qui ont tous confirmé n’avoir assisté à aucun échange de tirs. Un membre de la famille présidentielle confie que “le président du Conseil militaire de transition est bien vivant”. Et d’ajouter, alors que plusieurs publications évoquent un règlement de compte entre frères, qu’il n’existe “pas de querelles avec son frère Zakaria”.