VIDÉO - "Plateau de dingues" : Fabrice Di Vizio quitte TPMP en direct

·1 min de lecture

Comme souvent les conférences de presse autour de la crise sanitaire ont tendance à susciter de nombreux débats sur les plateaux télé, et celui de Touche pas à mon poste ne fait pas exception. Alors que Jean Castex a annoncé, ce jeudi 18 mars, un confinement d’au moins quatre semaines en Ile-de-France et dans les Hauts-de-France dès ce week-end, le ton est monté entre Fabrice Di Vizio et le restaurateur Stéphane Manigold, à tel point que l'avocat de Didier Raoult a quitté le plateau en direct.

Après ses nombreuses brouilles avec Gilles Verdez, Fabrice Di Vizio a cette fois-ci eu un échange houleux avec le co-fondateur et porte parole du collectif "Restons Ouvert". Fabrice Di Vizio disait s'interroger sur les chiffres du Covid-19 communiqués, notamment sur le nombre de patients en réanimation. Des explications et des doutes qui ne semblaient intéresser ni Benjamin Castaldi ni le restaurateur, qui est monté au créneau. "C'est pas parce que ça ne vous intéresse pas qu'il faut vous prendre pour le centre du monde. Je crois que vous avez un problème avec moi", a lancé l'avocat à ce dernier. "Vous croyez que je vais m'abaisser à un niveau comme ça, moi, vous croyez qu'avec la carrière qui est la mienne, je vais me rabaisser à ces attaques ad hominem", a continué Fabrice di Vizio avant de quitter le plateau, à 21h16.

Une nouvelle sortie théâtrale de l'avocat, constamment irrité, qui depuis plusieurs semaines est devenu la nouvelle coqueluche de Touche pas à mon poste. Un coup préparé (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - "Olivier Véran serait au chômage dans le privé !" : Pascal Praud agacé par le ministre
VIDÉO - "Petit con !" : le gentil mot de Georges Brassens à Maxime Le Forestier
Obsèques de Patrick Dupond : les mots touchants de Marie-Claude Pietragalla
Françoise Hardy, sa déclaration d’amour à Dutronc : “Jacques sait qu’il est l’homme de ma vie”
Emmanuel Macron "pense comme un premier de la classe" : Nicolas Bedos égratigne le président