VIDÉO - "Petit niveau, de moins d'1m70" : l'allusion de Jérôme Lavrilleux à Nicolas Sarkozy ?

·1 min de lecture

Jérôme Lavrilleux sort de sa réserve. L'ex-directeur-adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy est de passage dans C à Vous ce mardi 16 mars et évoque les critiques dont il a été la cible après avoir fait éclater l'affaire Bygmalion au grand jour. "J'ai eu le droit à tout", se rappelle-t-il. Et de poursuivre, sans nommer ses détracteurs : "je les laisse dans leur tout petit niveau de moin d'un mètre 70 (...) d'ailleurs, je ne leur en veux pas. J'ai même de plus en plus de compassion pour eux." Un tacle en demi-teinte à l'ancien chef de l'État, souvent moqué pour sa taille par ses opposants ?

Car, si le mari de Carla Bruni-Sarkozy comparaît devant le tribunal judiciaire de Paris ce mercredi 17 mars (deux semaines après une première condamnation dans l'affaire "des écoutes"), au sujet des soupçons de financements illégaux de sa campagne présidentielle en 2012, c'est en grande partie à cause de Jérôme Lavrilleux. Celui-ci a choisi de livrer sa vérité en 2014 sur l'antenne de BFMTV. Il est, par ailleurs, l'un des treize co-prévenus de Nicolas Sarkozy et sera jugé pour complicité de financement illégal, usage de faux et recel d'escroquerie, bien qu'il soit désormais éloigné de la vie politique après s'être reconverti dans l'hôtellerie.

Un procès qui promet de raviver les rivalités et conflits au sein de la droite. "Souvent en interview politique, il y a de la langue de bois, et là devant la caméra, ils se sont lâchés comme jamais", ont récemment remarqué Gérard Davet et Fabrice Lhomme (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - "Allez auprès des malades !" : Martin Blachier pris à partie chez Laurence Ferrari
Jeane Manson membre d'une secte pédophile ? La chanteuse dénonce un "propos perfide et faux" de Coline Berry
VIDÉO - "Ça suffit !" : coup de sang d'Olivier Véran et Richard Ferrand à l'Assemblée
Jennifer Lopez : Alex Rodriguez part à sa reconquête, après les rumeurs de rupture
Brigitte Macron : à quoi sert vraiment son Institut des Vocations pour l'Emploi ?