VIDÉO - "Je ne veux pas me fâcher avec Pascal Praud..." : Philippe Douste-Blazy taquin chez Laurence Ferrari

·1 min de lecture

Depuis ce samedi 20 mars, 16 départements sont concernés par un troisième confinement. Ses modalités, encore plus allégées que les confinements nationaux décrétés en mars et novembre 2020, suscitent de nombreuses réactions. Une partie des commerces fermés ainsi que les nombreuses exceptions figurant sur l'attestation de sortie ont crée l'incompréhension et surtout, signé le grand retour du débat sur l'efficacité du confinement sur les plateaux de télévision. Ce lundi 22 mars, dans l'émission Punchline, diffusée sur CNews, les intervenants étaient invités à participer au débat intitulé "Covid : des mesures inutiles ?". Le professeur Philippe Douste-Blazy a alors commencé son intervention en se montrant taquin avec Pascal Praud : "Je ne veux pas me fâcher avec votre extraordinaire confrère du matin sur cette même chaîne de télévision, Pascal Praud, que je respecte et aime beaucoup", s'est-il empressé d'avancer, avant même de répondre à Laurence Ferrari.

Philippe Douste-Blazy a tenu à manifester son désaccord avec les propos tenus par Pascal Praud, au sujet du troisième confinement, dans L'Heure des Pros, sur CNews, ce vendredi 19 mars : "C'est du grand n'importe quoi. Inutile sur le plan sanitaire, illisible sur le plan politique, dramatique sur le plan économique. À chaque fois, on imagine que le gouvernement a touché le fond et bien non!" avait fait savoir le journaliste, pointant du doigt que "tout est fermé" et le "virus est toujours là!". L'ancien ministre de la Santé sous Jacques (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Camilla Parker Bowles pas tendre avec Meghan Markle en privé
VIDÉO - "C'est une vraie question ?" : moment malaise avec Ludivine Sagnier dans C à vous
"On n'achète pas les lits chez Ikea", la petite phrase de Jean Castex fait réagir un médecin urgentiste
VIDÉO - "Ma maman m'a dit de ne pas vous engueuler" : Pascal Praud épargne Ivan Rioufol
Karine Lacombe victime de cyberharcèlement : la vie pas si facile des médecins stars