VIDÉO - "On ne va pas vers un homme qui est déjà pris" : Rachel Legrain-Trapani fait la leçon à Julie Gayet

En réaction aux rumeurs la disant blessée de ne pas avoir été invitée à un déjeuner réunissant d'anciennes Premières dames, Julie Gayet a nié en bloc. Non, celle qui vit son amour avec François Hollande au grand jour n'a pas envoyé de SMS à la l'actuelle locataire de l'Élysée pour se plaindre d'avoir été snobée.

Dans une interview à FranceInfo ce lundi 17 février, elle a tenté de mettre fin à ces allégations en prônant la solidarité féminine. "J’ai toujours la sensation qu’on nous oppose (les femmes, ndlr). Et puis moi, particulièrement, je le sens en ce moment, puisque je lis dans Paris Match que je suis opposée à Brigitte Macron, ce qui n’est absolument pas le cas, que je me serais énervée...", a-t-elle déclaré.

Rachel Legrain-Trapani n'est pas convaincue. Dans TPMP People ce vendredi 21 février, l'ancienne miss s'est emportée : "Je suis désolée, elle parle de solidarité féminine alors qu'elle a été la maîtresse de François Hollande. S'il y avait eu un peu de solidarité, il n'y aurait pas eu de tromperie." La chroniqueuse, enceinte de son deuxième enfant, estime qu'on "ne va pas vers un homme qui est déjà pris". Plus de cinq ans après la révélation de la liaison entre Julie Gayet et François Hollande, qui était alors en couple avec Valérie Trierweiler, Rachel Legrain-Trapani ne pardonne pas le Gayetgate.

Retrouvez cet article sur GALA

"Allez travailler un peu" : Emmanuel Macron recadre sèchement un étudiant
Madonna critiquée : son nouveau caprice de "reine" à Paris
Jean-Pierre Pernaut : cette arnaque dont il est lui-même victime
Comment Carla Bruni-Sarkozy aide l'ancien président à rassembler sa famille
Kate Middleton renaît : Meghan Markle partie, elle peut enfin "reprendre sa place"