Cette vidéo ne montre pas l'avion privé du président du Kenya en feu

Fin juin, le gouvernement kényan a abandonné son projet de budget 2024-25 prévoyant de nouvelles taxes, après qu'il eut déclenché un mouvement de contestation dans le pays conduisant à des dizaines de morts et des centaines d'arrestations parmi les manifestants. Ces derniers, des jeunes pour la plupart, se sont rassemblés par crainte de la hausse du coût de la vie dans ce pays d'Afrique de l'est déjà en crise, les nouvelles taxes visant notamment des produits de première nécessité comme le pain. Dans ce contexte de rassemblements anti-gouvernementaux, des internautes ont partagé une vidéo affirmant qu'elle montrait le jet privé du président William Ruto incendié par des manifestants. Mais cette affirmation est fausse : l'avion qui apparaît sur ces images est une structure décorative installée dans un parc public de la capitale Nairobi, et non le jet présidentiel.

La situation reste confuse à #Nairobi... les avions de l'état [sic] dont le Jet privé de William Ruto en feu", peut-on lire dans un post publié le 26 juin 2024 sur X, en légende d'une vidéo où l'on voit un avion blanc et bleu dévoré par les flammes.

<span>Captures d’écran réalisées sur Facebook (à gauche) et sur X (à droite) le 4 juillet 2024</span>
Captures d’écran réalisées sur Facebook (à gauche) et sur X (à droite) le 4 juillet 2024

Dans cette vidéo de 25 secondes, au milieu du brouhaha, on entend une voix masculine dire en anglais : "Alors, les gars, cet avion vient tout juste de tomber !". A la 20e seconde, un jeune homme apparaît face caméra et présente, souriant, l'avion en feu.

Plusieurs publications sur X, YouTube et Facebook de comptes basés en Afrique francophone diffusent le même message, images à l’appui.

D’autres internautes reprennent cette affirmation avec des vidéos similaires en anglais, comme cette vidéo TikTok.

Une autre vidéo, montrant la même scène, ajoute que “cette crise met en lumière les critiques croissantes envers le Président Ruto, accusé de travailler principalement pour les intérêts des Occidentaux et des Etats-Unis, plutôt que pour ceux de la population kényane”.

La vidéo que nous vérifions a fait surface sur les réseaux sociaux après que des rassemblements largement pacifiques au Kenya, contre un projet de loi prévoyant la hausse de plusieurs taxes, ont tourné à la violence, menant au saccage du Parlement kényan (archive).

Les groupes de défense des droits de l'homme ont dénombré au moins 30 morts, tandis que le gouvernement affirme que le bilan est de 19 morts.

Mais attention, l'avion en flammes que l'on voit sur les images est une structure décorative installée dans un parc de la capitale kényane, Nairobi, et non le jet privé du président.

Un avion décoratif

En effectuant une recherche par mot-clé avec les termes "avion en feu Kenya" en anglais ("plane set on fire Kenya"), l'AFP a observé que Kenyans.co.ke, un média kenyan (lien archivé), avait publié sur X des photos d'un avion bleu et blanc similaire, en train de brûler sur la même surface recouverte de briques que celle visible dans la vidéo que nous vérifions).

<span>Captures d’écran faites le 4 juillet 2024 qui comparent la fausse affirmation (à gauche) et la publication du média kenyan (à droite) sur X</span>
Captures d’écran faites le 4 juillet 2024 qui comparent la fausse affirmation (à gauche) et la publication du média kenyan (à droite) sur X

"L'avion du parc Uhuru a été incendié", peut-on lire dans la légende du post publié le 25 juin, le jour même où les manifestants ont pris d'assaut le Parlement du pays (archive).

Plusieurs autres vidéos postées sur les réseaux sociaux (lien archivé) le 25 juin montrent le même avion en train de brûler au milieu des manifestations anti-taxes.

En utilisant Google Maps, l'AFP a trouvé des images de cet appareil situé dans le parc Uhuru (lien archivé) à Nairobi, un espace public situé à côté du quartier central d'affaires de la ville, au cœur des récentes manifestations (archive).

<span>Captures d’écran du parc Uhuru à Nairobi, au Kenya, sur Google Maps prises le 4 juillet 2024</span>
Captures d’écran du parc Uhuru à Nairobi, au Kenya, sur Google Maps prises le 4 juillet 2024

Sur l'image figurant sur Google Maps, le numéro d'immatriculation visible à l'arrière de l'avion, EY-534, correspond à l'inscription numérique sur l'appareil en feu actuellement relayé sur les réseaux sociaux.

<span>Comparaison entre la fausse affirmation sur X (à gauche) et la photo de l'avion au parc Uhuru sur Google maps (à droite)</span>
Comparaison entre la fausse affirmation sur X (à gauche) et la photo de l'avion au parc Uhuru sur Google maps (à droite)

Selon un article (lien archivé)en anglais sur la vente aux enchères de 73 avions abandonnés au Kenya en 2021, cet avion était exploité par une compagnie aérienne somalienne avant d'être transféré au Tadjikistan en 2008 .

En 2012, l'EY-534 a été stocké à l'aéroport Jomo Kenyatta de Nairobi avant d'être mis aux enchères en 2021 (lien archivé).

Une image d'un avion opéré par la compagnie East Air du Tadjikistan présente le même numéro à l'arrière de l'avion et les mêmes couleurs que celui situé dans le parc Uhuru (lien archivé).

<span>Capture d’écran réalisée le 4 juillet 2024 qui montre l'avion EY-534 </span>
Capture d’écran réalisée le 4 juillet 2024 qui montre l'avion EY-534

L'aéronef est également visible sur des images satellites.

<span>Captures d’écran réalisées le 4 juillet 2024 sur Google Maps de l’image satellite prise le 14 février 2024 </span>
Captures d’écran réalisées le 4 juillet 2024 sur Google Maps de l’image satellite prise le 14 février 2024

Selon un article de presse locale (archivé), il a été installé dans le parc le 5 août 2022 avec l'objectif d'en faire un restaurant.

"L'avion, qui n'est visible qu'à partir de certaines positions, est considéré comme l'une des nombreuses nouveautés introduites dans le parc", pointe le média.

Il ne s'agit toutefois pas du jet privé de M. Ruto, bien que le Président kényan ait été récemment critiqué pour en avoir utilisé un lors de ses visites internationales.

"Je ne suis pas fou"

Le président kényan William Ruto a justifié son choix de s'être rendu en mai 2024 aux Etats-Unis en avion privé, indiquant que le vol avait coûté aux contribuables moins de 70.000 euros, après des critiques dans son pays en proie à une hausse du coût de la vie.

Cette polémique avait éclaté au moment où les Kényans étaient en proie à une hausse du coût de la vie et tentaient de faire face à une série de nouvelles taxes introduites par leur gouvernement.

Selon des médias locaux, le président a voyagé à bord d'un luxueux jet privé d'affaires, un Boeing 737-700, pour un montant de 200 millions de shillings kényans, soit 1.38 million d'euros (archive).

Mais William Ruto s'est moqué de la somme évoquée par les médias. "Je ne suis pas fou", a-t-il rétorqué. "Je suis un gestionnaire très responsable. Je ne dépenserais jamais 200 millions", a-t-il assuré.

William Ruto, qui a pris ses fonctions en 2022 en promettant aux Kényans d'améliorer leur vie quotidienne, avait précédemment assuré que le coût du vol en avion privé était inférieur à un vol sur Kenya Airways.

<span>Un manifestant lance une bombe lacrymogène aux policiers kényans lors d'une manifestation anti-gouvernementale à Nairobi, le 2 juillet 2024.</span>
Un manifestant lance une bombe lacrymogène aux policiers kényans lors d'une manifestation anti-gouvernementale à Nairobi, le 2 juillet 2024.

Les manifestations et la police se sont de nouveau affrontés le 2 juillet, malgré la décision de William Ruto, il y a deux semaines, de retirer le projet de loi controversé.

De nombreuses fausses informations circulent sur les manifestations. AFP Factuel en a vérifié plusieurs, vous pouvez les retrouver ici.