Publicité

Cette vidéo ne montre pas l'avancée des travaux du métro d'Abidjan

La Côte d’Ivoire est un pays en chantier et sa capitale économique en est la parfaite illustration. D’énormes travaux sont visibles dans les principales communes d’Abidjan et certains ont été accélérés afin d’être livrés pour la Coupe d’Afrique des nations de football qui a débuté mi-janvier L’un des projets phare du grand Abidjan est la construction d’un métro. Ce projet, selon une vidéo partagée sur Facebook, en serait à l’étape de la pose des rails. En réalité cette séquence a été filmée en Malaisie.

"Métro d’Abidjan/La pose des rails du Métro d’Abidjan", voici la brève description qui accompagne une vidéo d’un peu plus 2 minutes partagée sur Facebook et YouTube le 8 janvier 2024.

Sur cette vidéo cumulant plus de 2,8 millions de vues et 16.500 partages sur Facebook, on peut voir une impressionnante machine poser des traverses en béton qui soutiendront des rails. Une dizaine d’ouvriers, casques vissés sur la tête, sont postés à différents endroits de l'engin.

Sur plusieurs sections de la machine, on peut voir des inscriptions en mandarin et le groupe de mot anglais "China Communications Construction".

La vidéo enregistre plus de 3.200 commentaires dont une grande partie sont des messages de félicitations à l’endroit du président ivoirien Alassane Ouattara et son gouvernement.

<span>Capture d'écran Facebook effectuée le 31 janvier 2024</span>
Capture d'écran Facebook effectuée le 31 janvier 2024

Le métro d’Abidjan est un projet de ligne urbaine déployée au départ d’Anyama, un commune du nord de la capitale économique,  à celle de Port Bouet dans le sud (ligne 1)

Long de 37,4 km. Il doit comprendre deux voies, 18 stations, 21 ponts rails et routes, 1 pont viaduc sur la lagune Ebrié, etc. Le trafic attendu à terme est de 540 000 passagers par jour, selon le site internet du gouvernement ivoirien dédié au projet.

Le métro, en projet depuis une vingtaine d'années (et qui devait initialement être construit par des entreprises coréennes) est un chantier de plus d'un milliard d'euros géré par des entreprises françaises.

Pour vérifier si cette vidéo virale a été effectivement filmée à Abidjan sur le tracé du métro, nous avons effectué une recherche par image inversée grâce à l’outil InVID Weverify.

Les résultats obtenus via le moteur de recherche Google démontrent que la vidéo a été publiée sur Facebook par un compte basé en Malaisie le 8 janvier 2024 à 07H27 (heure d'Abidjan) avant d’être publiée par le compte Camso225 basé en Côte d’Ivoire le même 8 janvier 2024 mais à 23H51.

La vidéo est donc apparue sur internet plusieurs heures avant d’être attribuée aux travaux du métro d’Abidjan.

<span>Capture d’écran de la page Facebook Aku Channel effectuée le 31 janvier 2024</span>
Capture d’écran de la page Facebook Aku Channel effectuée le 31 janvier 2024
<span>Capture d’écran de la page Facebook Camso225 effectuée le 31 janvier 2024</span>
Capture d’écran de la page Facebook Camso225 effectuée le 31 janvier 2024

 

D’autres indices visuels nous permettent de localiser l’extrait vidéo en Malaisie, bien loin de la Côte d’Ivoire.

Les travaux de la pose des traverses en béton sur la vidéo sont effectués par la China Communications Construction (CCC) une entreprise de construction publique chinoise, comme on peut le lire sur l’engin.

Or, la réalisation du projet de métro d’Abidjan a été confiée à un consortium regroupant les groupes français Bouygues Travaux Publics, Alstom, Colas Rail et Keolis .

En zoomant sur les imagettes générées par InVID Weverify, on constate également que les chasubles des ouvriers portent l’inscription “CCC",  soit l’acronyme de la société chinoise, et "ECRL”.

<span>Capture d’écran Facebook effectuée le 31 janvier 2024 avec le logo du projet encadré en rouge par l'AFP</span>
Capture d’écran Facebook effectuée le 31 janvier 2024 avec le logo du projet encadré en rouge par l'AFP
<span>Capture d’écran Facebook effectuée le 31 janvier 2024 avec le nom de l'entreprise de construction encadré en rouge par l'AFP</span>
Capture d’écran Facebook effectuée le 31 janvier 2024 avec le nom de l'entreprise de construction encadré en rouge par l'AFP

 

Une recherche sur Google du terme "ECRL", nous permet de découvrir qu'il s'agit d'un projet de liaison ferroviaire en Malaisie, construit par la China Communications Construction, selon le site internet du projet du gouvernement malaisien.

Tout indique que cette vidéo a été prise sur le chantier de cette ligne ferroviaire en Malaisie, et non en Côte d'Ivoire.

Selon une dépêche de l'agence de presse étatique chinoise Xinhua, les premiers rails de cette ligne ferroviaire ont été posés mi-décembre.

L’AFP a contacté l’entreprise Bouygues Travaux Publics, en charge notamment de la construction du métro d'Abidjan et lui a transféré la vidéo virale."Nous vous confirmons qu’il ne s’agit pas du tout du métro d’Abidjan, actuellement réalisé par les équipes de Bouygues Travaux Publics. Le projet n’est absolument pas à cette étape de pose des rails" a indiqué l’entreprise dans un courrier électronique.

En ce qui concerne le métro d’Abidjan, le projet avait été lancé par le président Laurent Gbagbo en 2001 mais n’a pu se concrétiser en raison des conflits politiques qui avaient secoué la Côte d’Ivoire.

En décembre 2019, les autorités ivoiriennes avaient approuvé l'offre technique et financière soumise par un consortium regroupant les groupes français Bouygues Travaux Publics, Alstom, Colas Rail et Keolis pour la construction de cette ligne de métro.

La France s'était alors engagée à couvrir le contrat par un mix de prêts du Trésor français et de financements privés garantis par l'Etat français. Le contrat avait été signé en présence du président français Emmanuel Macron, en visite en Côte d'Ivoire, et une mise en service en 2026 avait été évoquée.

Le métro, en projet depuis une vingtaine d'années, devait initialement être construit par des entreprises coréennes.

Abidjan, une métropole de cinq millions d'habitants, ne dispose actuellement d'aucun réseau de transport en commun et souffre d'énormes embouteillages quotidiens.