VIDÉO - "Il me manque" : Bénabar toujours marqué par la mort de Michel Delpech

·1 min de lecture

Ce mercredi 10 février, à l'occasion de la promotion de son nouvel album baptisé "Indocile Heureux", Bénabar était l'invité de l'émission Passage des arts, présenté par Claire Chazal sur France 5. L'auteur, compositeur et chanteur depuis plus de vingt ans a notamment abordé la forte relation amicale qu'il avait tissée avec Michel Delpech, décédé en janvier 2016 des suites d'un cancer. Lorsque l'interprète du Loir-et-Cher était encore hospitalisé, Bénabar lui rendait visite régulièrement. Tous les deux avaient repris ensemble Chez Laurette, pour un album de duos sorti par le défunt chanteur en 2006. "Il me manque", a concédé le chanteur de 51 ans.

Depuis cinq ans, et le décès de Michel Delpech, "son regard, son amitié et sa protection dissimulée à chaque fois" manquent à Bénabar qui s'est remémoré, sur le plateau de France 5, le caractère "très angoissé" et "très protecteur" de celui qu'il avait qualifié de "modèle" lors d'une interview accordée à Canal + en 2016. Lors de la sortie de ses différents albums, l'interprète notamment de L'effet papillon avait pris l'habitude de consulter Michel Delpech : "Ça me manque de ne pas lui avoir montré, écouté et d'avoir passé deux heures à parler chansons avec lui", a-t-il indiqué ce mercredi 10 février.

Quelques semaines après le décès de Michel Delpech, un disque de reprises de ses plus grandes chansons revisitées par la jeune génération d'artistes français était sortie en France. Mais aux côtés de Louane, Vianney ou encore Kendji Girac, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le roi de Thaïlande défié : cette banderole provocatrice dans les rues de Bangkok
VIDÉO - Le pas de danse de Brigitte Macron sur "I will survive"
Flashback - Comment Brigitte Macron s'est attirée les bonnes grâces de Bernadette Chirac
Le saviez-vous ? Frédéric Mion, ancien patron de Sciences Po, est le parrain d’un des enfants d’Edouard Philippe
VIDÉO - Olivier Duhamel et Gérald Darmanin : leur remarque gênante à Sandrine Rousseau