VIDÉO - "J'en ai ras-le-bol !" : chez Pascal Praud, Nadine Morano allume le gouvernement

·1 min de lecture

Face à la recrudescence des cas de coronavirus en France, le gouvernement opte pour la stratégie du "freiner sans enfermer." Mais à la suite de l'annonce d'un reconfinement de seize départements, ce jeudi 18 mars, Nadine Morano n'y voit qu'une punition et réclame davantage de prévention autour du coronavirus. Elle en perd son calme. "Je ne le supporte plus, j'en ai ras-le-bol", déclare-t-elle dans L'Heure des pros. La femme politique garde une pensée particulière pour les plus jeunes, "qui font de la dépression, qui ne peuvent pas aller travailler, qui ne peuvent pas faire de stage", ainsi que pour les commerçants et les restaurateurs, plus que jamais éprouvés depuis un an.

La députée européenne n'en démord pas et s'en prend plus explicitement au gouvernement. "Ils portent atteinte à nos libertés fondamentales, la liberté de circuler, la liberté de travailler, la liberté de nourrir sa famille, mais de quel droit ?" Avant d'ajouter : "mais qui ils sont, ces gens, pour se comporter de cette manière ?" Pascal Praud partage l'avis de Nadine Morano mais a une cible particulière en ligne de mire : le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran. "Dans une entreprise privée, Monsieur Véran, il serait au chômage", déclare à son tour l'animateur, toujours dans L'Heure des pros. Il fait alors référence à la promesse de 12 000 lits dans les services de réanimation, proférée par l'intéressé le 27 août 2020. "T'as pas atteint les objectifs, tu passes à la caisse !" Aucune pitié. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - "Plateau de dingues" : Fabrice Di Vizio quitte TPMP en direct
VIDÉO - "Olivier Véran serait au chômage dans le privé !" : Pascal Praud agacé par le ministre
VIDÉO - "Petit con !" : le gentil mot de Georges Brassens à Maxime Le Forestier
Emmanuel Macron "pense comme un premier de la classe" : Nicolas Bedos égratigne le président
VIDÉO - Hugues Aufray généreux : ce geste dont Johnny Hallyday s'est "souvenu toute sa vie"