VIDÉO - Jean-Luc Mélenchon attaque Emmanuel Macron dans On est en direct : “Le pouvoir si grand rend fou”

·1 min de lecture

Jean-Luc Mélenchon ambitionne de restructurer la société française. Son grand projet ? Abolir la Ve République et changer de régime. Une volonté, présente dans son programme présidentiel depuis 2012, qu’il a réaffirmée sur le plateau de l’émission On est en direct, diffusée sur France 2 ce samedi 30 janvier. Si le leader de la France Insoumise venait à conquérir l’Élysée, en 2022, son rôle de chef de l’État serait différent. Celui qui dénonce “une monarchie présidentielle” refuse de “concentrer les pouvoirs sur une seule personne”. Et ce, “quelles que soient les qualités de la personne en question”. “Parce qu’à la fois, le pouvoir si grand rend fou - et on a eu quelques démonstrations de cela - mais surtout la pression des événements peut faire croire à celui qui l’exerce que tout dépend de lui”, a-t-il expliqué à Laurent Ruquier. Avant de se justifier : “Par conséquent, petit à petit, il se déshabitue d’écouter, de concerter, de prendre du temps.”

Jean-Luc Mélenchon imagine alors un nouveau président qui “aurait d’autres pouvoirs”. “Il en aurait moins”, a-t-il ajouté. L'auteur du livre Les Cahiers de l'Avenir en commun N°1: Démocratie et 6e République Jean-Luc Mélenchon, paru ce jeudi 28 janvier aux éditions Seuil, n’a pas pu s’empêcher d’étriller la gestion du gouvernement face à la pandémie de la Covid-19. Selon lui, “la démocratie est dans un recul profond”. “Dans leur vision du monde (NDLR : celle de l'exécutif), les êtres humains sont des gens qui vont produire et qui rentrent (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Kate Middleton : son petit effort pour "se fondre dans la famille royale"
Ivanka Trump et Jared Kushner, leur ancienne maison à louer : dans quel état l'ont-ils laissée ?
"Un camouflet pour la famille royale" : Meghan Markle dans la tourmente avant l'heure
Emmanuel Macron "est imperméables aux pressions extérieures"
Kate Middleton et William s'engagent contre le racisme : "Ça doit cesser maintenant"