VIDÉO - "J'ai aimé tous les jours" : Édouard Philippe concède qu'il aurait aimé rester à Matignon

·1 min de lecture

Pas tout à fait un an après avoir reposé ses valises au Havre, Édouard Philippe est de retour sur le devant de la scène nationale, à la faveur d'un nouveau livre, Impressions et lignes claires (JC Lattès). À l'occasion de cette sortie en librairie, l'ancien Premier ministre a démarré un marathon médiatique, marqué par une étape au 20h30 Dimanche de France 2. Ce dimanche 4 avril, l'ex-chef du gouvernement s'est longuement exprimé sur le plateau de Laurent Delahousse, aux côtés de son coauteur Gilles Boyer. Une manière pour le prédécesseur de Jean Castex d'exprimer sa vérité sur ses trois ans passés à la tête de Matignon.

Dans cet entretien, Édouard Philippe est revenu sur les circonstances de son départ du gouvernement, dans un contexte où l'ancien édile du Havre briguait à nouveau son poste à la tête de la mairie, en juin 2020. "J'ai fait, début juillet, ce que j'avais indiqué très tôt au président de la République : dès lors que je remettais mon avenir politique en jeu, en me présentant aux élections municipales au Havre, il me paraissait logique de prévenir que quoi qu'il arrive – que je gagne ou que je perde – je lui remettrai ma démission immédiatement après le scrutin", s'est-il souvenu.

Après trois années au cœur du réacteur, il était temps pour le couple exécutif de se séparer, une décision à l'origine d'Emmanuel Macron et non d'Édouard Philippe. "J'ai aimé tous les jours que j'ai passés à Matignon, avec le président de la République", a-t-il poursuivi. Serait-il resté (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Ça ratatine" : Jean-Luc Reichmann positif à la Covid 19 et désormais confiné
VIDÉO - Édouard Philippe explique cette "grosse panique" qui lui a fait perdre du poids avant Matignon
VIDÉO - Les Enfants de la télé : apparition de Roger Zabel… Denis Brogniart ravi !
Dîners clandestins : Pierre-Jean Chalençon dans la tourmente... Il répond avec ténacité
Le prince Harry "sait-il encore qui il est vraiment ?" La question que les Anglais se posent