VIDÉO - "Un gag de plus ?" : le Dr Blachier évoque le problème des aiguilles chez Laurence Ferrari

·1 min de lecture

Après le fiasco des masques ou encore le tollé provoqué par les tests, les vaccins. Lancée dimanche 27 décembre, la vaste campagne de vaccination contre le coronavirus n'a pas le succès escompté en raison d'un important retard. Un rythme de tortue qui pourrait être expliqué par un problème de taille relevé ce jeudi 7 janvier sur le plateau de l'émission Punchline par le docteur Martin Blachier. "Mon petit doigt me dit que ce ne serait pas les bonnes seringues", lui a d'abord lancé Laurence Ferrari. D'après "un bruit qui court", les seringues - ou plutôt les aiguilles, comme le précise l'épidémiologiste - mises à la disposition du personnel de santé ne sont pas adaptées à l'exercice de la vaccination puisqu'elles ne sont pas intra-musculaires mais sous-cutanée. La faute serait celle de Santé Publique France. "Ils seraient en train de s'en rendre compte et ils seraient en train de changer toutes les aiguilles qui sont dans les kits de vaccination parce que ce ne serait pas les bonnes aiguilles. Ce serait un gag de plus dans le départ de la vaccination."

Et c'est non sans amertume que le Dr. Martin Blachier rappelle que la vaste campagne de vaccination française, lancée dimanche 27 décembre 2020, reste à la traîne, loin derrière celles d'autres pays européens à l'image de l'Allemagne. Un nouvel obstacle pour le gouvernement, copieusement pointé du doigt depuis. Avant d'évoquer les seringues auprès de Laurence Ferrari, l'épidémiologiste spécialiste en santé publique fustigeait le (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Camille Lacourt bientôt papa : il officialise avec un adorable cliché
Tensions entre Mary de Danemark et sa belle-soeur Marie : les nouvelles Kate Middleton et Meghan Markle ?
Inceste, suicides de ses parents... Evelyne Pisier "allait très mal" : "On avait peur qu’elle se tue"
Agnès Buzyn recasée à l'OMS : fin des poursuites judiciaires pour elle ?
Christine Ockrent : ce climat de terreur imposé aux enfants de Bernard Kouchner