Vidéo. Charniers autochtones : des statues de Victoria et Élisabeth II tombent au Canada

·1 min de lecture

Depuis la découverte de centaines de corps d’enfants autochtones à Kamloops, en Colombie-Britannique, puis d’un second charnier dans la Saskatchewan, le Canada est sous le choc. En signe de protestation, des manifestants ont déboulonné des statues à l’effigie de la reine Victoria et d’Élisabeth II, dénonçant le “génocide” des peuples de la Première Nation.

“No pride in génocide, scandent-ils. Le génocide n’est pas une fierté.” Le jeudi 1er juillet, plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés à Winnipeg, capitale de la province du Manitoba, au Canada, pour déboulonner des statues de la reine Victoria et de l’actuelle souveraine britannique, Élisabeth II. Cette action organisée “le jour de la Fête du Canada, célébration annuelle de la création de la fédération canadienne”, intervient à un moment où “la colère monte contre le traitement réservé aux enfants autochtones” dans le pays, relate The Guardian.

En effet, en l’espace de quelques semaines, deux macabres découvertes ont secoué le Canada : d’abord, les corps de 250 enfants autochtones ont été exhumés sur le site d’un ancien pensionnat autochtone à Kamloops, en Colombie-Britannique, puis ce sont 751 tombes sans épitaphe qui ont été découvertes dans la province de la Saskatchewan. Depuis lors, des voix s’élèvent pour demander à l’exécutif canadien de reconnaître l’existence d’un génocide à l’égard des peuples amérindiens de la Première Nation.

Les protestataires portaient “des chemises orange en hommage aux enfants autochtones envoyés dans les fameux pensionnats canadiens”, précise le titre. Sur la statue

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles