VIDÉO - Elisabeth Borne "pupille de la nation" : ses rares confidences sur sa vie sans son père

·1 min de lecture

Élisabeth Borne, "pupille de la Nation." Ce vendredi 21 mai, la ministre du Travail était présente dans l'émission 1 jeune, 1 solution, dont l'objectif du programme est de mettre en relation des jeunes en recherche d'emploi ou de stage avec des entreprises. Plusieurs jeunes ont également été conviés pour venir raconter leur parcours professionnel lourdement impacté par la pandémie.

Mais avant de laisser la parole aux jeunes, Cyril Hanouna, le présentateur, a souhaité évoquer la jeunesse compliquée d'Élisabeth Borne. En effet, la femme politique française a connu un drame personnel. À l'âge de 11 ans, "j'ai perdu mon père (...) et donc on s'est retrouvé avec ma mère qui avait deux filles et peu de revenus." La ministre a également confié son statut de "pupille de la Nation" - seulement attribué par l'État aux enfants mineurs dont un des parents a été blessé ou tué lors d'une guerre, d'un attentat terroriste ou en rendent certains services publics - "donc j'ai pu faire mes études avec une bourse."

Malgré ce drame, Élisabeth Borne a souhaité avoir son “autonomie financière." Hors de question pour elle de baisser les bras, alors elle s'est “accrochée” afin d'intégrer une école d’ingénieurs, celle de Polytechnique. Pourquoi cette orientation ? Parce que "c'est assez choquant de perdre son père si jeune et j'ai trouvé que les maths, c'était quelque chose d'assez rassurant, d'assez rationnel." Un parcours tout à son honneur.

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Charles Aznavour honoré à Paris... Son fils Nicolas ému
La princesse Latifa libre, saine et sauve ? Cette photo à Dubaï qui intrigue
Bruno Le Maire peiné par la perte d'un être cher et très apprécié à Bercy
Jean-Luc Reichmann dévoile "sa grosse déception" sur Instagram !
Fiona Gélin : après sa descente aux enfers, que devient-elle ?