VIDÉO - "Ma démission aurait fait avancer la cause ?" : tension entre Roselyne Bachelot et Patrick Cohen

·1 min de lecture

Fréquemment interpellée par les grands noms de la scène culturelle, comme Pierre Niney ainsi que Benjamin Biolay, entre autres, et malmenée par ceux qui la jugent inactive face à la détresse de ce même secteur, Roselyne Bachelot poursuit pourtant son combat contre la crise sanitaire. Ce qui n'empêche pas Patrick Cohen de lui rappeler que la fuite est toujours possible sur le plateau de C à Vous, ce vendredi 12 février. "Ma démission aurait fait avancer la cause, vous croyez ?", lui a répondu sèchement la ministre de la Culture. Le chroniqueur préfère se taire mais la tension est palpable.

"Non ? Bon, certainement pas", enchaîne la principale concernée. Et de poursuivre, comme un rappel à ceux qui souhaiteraient la voir baisser les armes : "ce qui fera avancer la cause, c'est le combat que je mène et que je mène pour avoir une politique d'écoute." Ce qui ne la poussera certainement pas au silence. Interpellée à nouveau sur Twitter, elle a récemment répondu à la détresse des artistes avec un rappel ferme des chiffres. "J'entends leur frustration. Il y a peut-être un chiffre qui manque dans l'interpellation que me fait Pierre Niney, c'est 80.000 morts du coronavirus, des centaines de milliers de personnes avec des séquelles extrêmement dures", a ainsi déclaré Roselyne Bachelot sur BFMTV.

Mais dans un contexte aussi singulier que sous haute tension, l'humour est le bienvenu. Roselyne Bachelot s'y adonne donc à cœur joie, même loin du plateau des Grosses Têtes dont elle a été sociétaire. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - Victoires de la Musique 2021 : Jean-Louis Aubert tacle Roselyne Bachelot
Déçu, Benjamin Biolay interpelle Roselyne Bachelot
VIDÉO - "Je n'ai pas rabroué Pierre Niney..." : Roselyne Bachelot répond à la colère de l'acteur
VIDÉO - "La petite chemise sur le téton là..." : Roselyne Bachelot charmée par Olivier Véran torse nu
Melania Trump entre spa et spa... son quotidien à Mar-a-Lago