Vidéo. Confinement : attention aux arnaques en ligne

Depuis la mi-mars, beaucoup de français privilégient les achats en ligne, pour leurs courses alimentaires mais également pour acheter des livres, des vêtements ou tout autre bien de consommation. Une aubaine pour les hackers et les escrocs du net qui se font passer pour des services de livraison, des institutions, des banques ou des services postaux pour vous soutirer des informations personnelles et vos coordonnées bancaires."Ces mails semblent très réels et on peut facilement tomber dans le panneau" prévient Matthieu Flaire, chef de la direction départementale de la sécurité publique du Vaucluse "Il faut prendre le temps de vérifier, contacter son conseiller bancaire et vérifier les liens internet vers lesquels on vous envoie".[#1erMai] Nous profitons de la fête du travail pour vous rappeler d'être vigilant si vous êtes en #télétravail durant cette période #COVID19. Le confinement engendre en effet une augmentation des risques de #cybermalveillance. Redoublez de prudence pour éviter les escroqueries. pic.twitter.com/eC1Y6t7dgD — Police nationale (@PoliceNationale) May 1, 2020Arnaque aux dons De leurs côtés, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et le régulateur des banques et des assurances mettent en garde sur les arnaques aux dons et les fausses cagnottes solidaires qui fleurissent depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Les régulateurs ont demandé aux acteurs du financement participatif d'être encore plus minutieux dans leur sélection de projets avant la mise en ligne des cagnottes. Et aux donneurs, il est conseillé également de se renseigner sur la véracité du projet avant de s'engager et de donner ses coordonnées bancaires en ligne. Des sites pour vous protéger Attention également aux SMS frauduleux, vous demandant par exemple de cliquer sur un lien pour changer vos coordonnées de livraison. Pour connaître les réflexes à avoir avant de répondre à un mail ou à un SMS et signaler des sites frauduleux, plusieurs sites officiels sont à votre disposition, comme Pharos, le site gouvernemental de prévention du risque numérique ou encore la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr.