VIDÉO - "Des commentaires sur du vide !" : Anne Nivat défend Jean-Jacques Bourdin

Un homme sous influence ? Depuis plusieurs jours, le torchon brûle entre Apolline de Malherbe et Jean-Jacques Bourdin. En cause : les propos du journaliste, le 7 mars dernier dans les colonnes du JDD, où il a attaqué celle qui lui a succédé en septembre dernier sur la tranche horaire 6h-8h30. "Je remarque simplement que RMC a toujours été une radio populaire, proche de l'auditeur, loin de l'entre-soi parisien. Et je ne souhaite pas qu'elle s'égare. Cet éloignement explique sans doute les chiffres actuels", a-t-il déclaré. Depuis, à la rédaction de BFM TV-RMC, les tensions montent. Car Apolline de Malherbe a envoyé un mail à ses collègues regrettant les déclarations "misérables" et "pleines de ressentiments" de Jean-Jacques Bourdin, avant de pointer du doigt la baisse des audiences concernant l'interview politique de 8h35 qu'il continue d'animer.

A en croire un autre salarié, interrogé par Le Parisien, le conflit aurait pour source Anne Nivat, l'épouse de Jean-Jacques Bourdin. "Derrière tout ça, il y a l'ombre de sa femme" souligne-t-il, "on ne peut-pas comprendre Jean-Jacques si on ne connaît pas Anne. C'est son coach, elle décide tout". Une influence sur laquelle est revenue la principale concernée, sur le plateau de C à vous, ce 12 mars. "Je ne ferai pas de commentaire là-dessus, parce que ce sont des commentaires sur du vide Babeth. C'est du commentaire sur du vide parce que la chose la plus importante, c'est que Jean-Jacques va tous les jours à l'antenne pour une interview (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Quand Meghan Markle alertait ses amis sur son sort : "Comme la mort par 10 000 coups de lames"
Contre-attaque du prince William, rififi chez les Dabadie... Les 6 infos de la semaine
PHOTOS - César 2021 : Julia Piaton, Roschdy Zem, Manele Labidi... Les tenues les plus glamour des stars
« De la guerre des boutons à la barbarie » : Rachida Dati choquée par l’affaire Alisha
Audrey Pulvar obligée de quémander le soutien du PS : cette scène édifiante